Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Suisse → Etude épidémiologique de la malnutrition en milieu nomade au Tchad : diagnostic et approche d’interventions

University of Basel (2012)

Etude épidémiologique de la malnutrition en milieu nomade au Tchad : diagnostic et approche d’interventions

Bechir, Mahamat

Titre : Etude épidémiologique de la malnutrition en milieu nomade au Tchad : diagnostic et approche d’interventions.

Auteur : Bechir, Mahamat

Université de soutenance : University of Basel

Grade : Doctor of Philosophy (PhD) 2012

Résumé
La malnutrition est directement ou indirectement associée à 35-53% aux causes de la mortalité des enfants dans les pays en développement, particulièrement dans les zones rurales difficilement accessibles. Cette situation est aggravée par les variations saisonnières, les déficits en micronutriments et les infestations parasitaires dans un contexte d’insécurité alimentaire chronique au Sahel. Le but de cette étude est de contribuer à une meilleure connaissance de la situation alimentaire et nutritionnelle en milieu nomade et de fournir aux décideurs les informations de base pour mieux répondre aux objectifs du millénaire. L’objectif est d’étudier l’épidémiologie de la malnutrition en milieu nomade et sédentaire rural sur la rive sud-est du lac Tchad. C’est une étude transversale répétée à la fin de la saison sèche (mai/juin) et à la fin de la saison des pluies (octobre) en 2007 et 2008. Les données pour l’évaluation de la malnutrition et l’alimentation ont été collectées par des interviews semi structurés et des mesures anthropométriques. Les évaluations de la vitamine A et de l’hémoglobine ont été réalisées par la fluorométrie portable iCheckTM et par l’HémocueTM respectivement. La recherche des parasites intestinaux a été faite à l’observation directe et par la méthode de Kato-Katz au microscope et enfin le paludisme a été indirectement évalué par le ParacheckTM test rapide du paludisme à Plasmodium falciparum. Au total 653 enfants nomades et 579 enfants sédentaires de moins de 5 ans et leurs mères (398 et 376) ont été impliqués dans cette étude en mai/juin et le même nombre a été répété en octobre 2007. Les données sur les analyses biologiques ont été collectées en octobre 2008 sur un échantillon de 300 enfants de 0-5 ans et leurs mères. Chez les femmes nomades, 48% (95% IC : 42-53%) ont été malnutries contre 16% (95% IC : 12-20%) des femmes sédentaires (statistiquement significative à p<0,01). Par ailleurs, nous avons observé chez les femmes sédentaires un taux d’obésité de 4% (95% IC : 2,4-7%) et cela n’a pas été observé chez les nomades. Par contre, il n’y a pas de différence au sein de chaque groupe selon la variation saisonnière. Cependant, la malnutrition aigüe globale chez les enfants a varié de 17,9% à la fin de la saison sèche à 13,7% à la fin de la saison des pluies (p = 0,03) pour les enfants nomades, sans une différence significative entre les enfants nomades et sédentaires. La diversité alimentaire au niveau des ménages a été faible dans les deux groupes et parmi les mauvaises pratiques, apparaît le rejet du colostrum par les femmes nomades foulbés. Des prévalences élevées de parasitoses intestinales ont été observées aussi bien chez les nomades que chez les sédentaires. Elles sont de 75% (95% IC : 68-83%) chez les femmes et 60% (95% IC : 53-66%) chez les enfants. Les prévalences du paludisme à P. falciparum ont été très faibles en cette période et sont inférieures à 5% dans les deux groupes. Les proportions d’équivalent rétinol dans le sang étaient plus élevées chez les sédentaires. Elles sont de 19% (95% CI : 6-32%) chez les femmes sédentaires et 25% (95% CI : 15-35%) chez les enfants sédentaires. Les femmes et les enfants nomades ont eu un niveau appréciable en équivalent rétinol ; il est inférieur à 6%. Il y a une corrélation positive entre le niveau de rétinol dans le sang et le lait de consommation ainsi qu’avec le taux de rétinol retrouvé dans le lait des mères. Les analyses multivariées ont montré une association entre la malnutrition, l’anémie et l’âge chez les enfants et entre l’état nutritionnel et l’anémie chez les femmes (p<0,01). Bien que la rive sud-est du lac Tchad offre une disponibilité et une accessibilité alimentaire plus ou moins appréciable en matière de la production animale et céréalière, elle reste tout de même très variable avec la saisonnalité. La faiblesse des institutions de régulation, l’insécurité sociale et les abus des autorités politico-militaires accentuent la fragilité des groupes nomades et sédentaires ruraux. Ainsi les pasteurs nomades et les sédentaires ruraux apparaissent à la lumière de ces résultats comme vulnérables, car les deux groupes ont une situation nutritionnelle non appréciable surtout en saison sèche chez les enfants. Ils ont présenté également des prévalences d’infestations parasitaires élevées et des diversités alimentaires très faibles. Si les carences en vitamine A sont très marquées chez les sédentaires, l’anémie quant à elle est plus accentuée chez les nomades. Pour pallier à cette situation un certain nombre de propositions peuvent être faites au niveau national et au niveau des ménages. Au niveau national, nous proposons une approche holistique intersectorielle avec des interventions qui visent à fournir un paquet minimum de service en milieu nomade : i) Renforcer les cadres institutionnels ; ii) Favoriser l’accès à l’eau de qualité ; iii) Assurer un paquet minimum d’activités sanitaires et iv) Promouvoir l’éducation et la communication. Au niveau des ménages, il faut faciliter les activités communautaires, plus spécifiquement, il faut : i) Inciter à la diversification des aliments de consommation selon la disponibilité régionale et de promouvoir la consommation des légumes verts et des fruits ; ii) Mettre l’accent sur l’hygiène avec l’utilisation des latrines d’une part, et l’enfouissement des selles d’autres part, iii) Donner le colostrum au nouveau-né. Ces propositions d’amélioration ne peuvent être dissociées de toute la problématique de l’accessibilité aux services sociaux de base et du développement pastoral (éducation, santé, accessibilités aux ressources, et sécurisation des systèmes pastoraux). Elles ne peuvent être efficaces et efficientes que dans une approche holistique qui traite la globalité des problèmes qui influencent la malnutrition avec des interventions conjointes qui impliquent d’avantage les populations cibles.

Présentation

Version intégrale (3,32 Mb)

Page publiée le 12 mars 2017