Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Nouvelles publications → 2005 → MANAGING WATER DEMAND. Policies, Practices, and Lessons from the Middle East and North Africa Forums

2005

MANAGING WATER DEMAND. Policies, Practices, and Lessons from the Middle East and North Africa Forums

IWA Publishing, IDRC

Titre : MANAGING WATER DEMAND. Policies, Practices, and Lessons from the Middle East and North Africa Forums

Auteur(s) : Ellysar Baroudy, Abderrafii Abid Lahlou, and Bayoumi Attia
Editeur(s)  : IWA Publishing, IDRC
Date de parution : 2005
Pages : 74

Présentation
The vast arid and semi-arid regions of the Middle East and North Africa region (MENA) constitute 85% of the region’s land area and are home to approximately 60% of the region’s population. Limited water resources pose severe constraints on people’s economic and social progress, testing their resilience and threatening their livelihoods. Rainfall is not only scarce and unpredictable, but the region is also subject to frequent and severe droughts. Available surface water is declining and the over-pumping of groundwater beyond natural recharge rates is occurring, lowering the water table and causing an increase in groundwater salinity and ecological degradation.

Water demand management (WDM) is aboutgovernance and tools that motivate people and their activities to regulate the amount and manner in which they access, use, and dispose of water to alleviate pressure on freshwater supplies. It is also about protecting water quality. The development and promotion of such WDM practices, primarily for governments in the Middle East and North Africa (MENA) region, have constituted the core objectives supported by Canada’s International Development Research Centre (IDRC) and its partners through the Water Demand Management Forums.
Les vastes territoires arides et semi-arides du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord ou région MOAN constituent 85 % de la superficie de cette région, et l’on y retrouve 60 % de sa population. Les ressources en eau peu abondantes entravent grandement l’évolution économique et sociale des habitants en mettant à rude épreuve leur capacité de résilience et en compromettant leurs modes de subsistance. Dans cette région, les pluies sont aussi rares et imprévisibles que les sécheresses sont fréquentes et intenses. Les réserves d’eau de surface diminuent et le pompage excessif des eaux souterraines dépasse le taux de réalimentation naturelle, ce qui fait baisser le niveau de la nappe phréatique et entraîne uneaugmentation de la salinité des eaux souterraines de même que la dégradation de l’environnement. _ La gestion de la demande en eau (GDE) porte sur les modes de gouvernance et les outils susceptibles de motiver les gens et de susciter des activités visant à régir la manière dont ils ont accès à l’eau et s’en servent, et les quantités utilisées, afin d’atténuer les pressions qui s’exercent sur les approvisionnements en eau douce. Elle porte aussi sur la protection de la qualité de l’eau. La mise au point et la promotion de pratiques de GDE, avant tout à l’intention des gouvernements de la région MOAN, faisaient partie des objectifs fondamentaux visés par le Centre de recherches pour le développement international (CRDI), un organisme canadien, et ses partenaires au cours des forums sur la gestion de la demande en eau.

Présentation (IDRC-CRDI)

Page publiée le 10 janvier 2013, mise à jour le 30 juin 2021