Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2011 → Pathologie des remblais routiers en milieux arides : cas de l’axe routier Nouakchott-Nouadhibou

Université du Havre (2011)

Pathologie des remblais routiers en milieux arides : cas de l’axe routier Nouakchott-Nouadhibou

Taviche, Imad Khalil

Titre : Pathologie des remblais routiers en milieux arides : cas de l’axe routier Nouakchott-Nouadhibou

Diseases of the road fill in aride environments : case of the axe road Nouakchott-Nouadhibou

Auteur : Taviche, Imad Khalil

Université de soutenance : Université du Havre

Grade : Doctorat : Génie civil : Le Havre : 2011

Résumé
Le phénomène de fissuration des chaussées en Mauritanie a toujours inquiété les autorités mauritaniennes qui le considèrent comme un élément néfaste qui influe sur le développement du pays. Les fissures sont des dommages qui n’épargnent malheureusement aucun type de structures de chaussées durant leurs durée de vie, mais lorsque la dégradation de la chaussée est prématurée (le cas de la route Nouakchott-Nouadhibou (NKC-NDB) construite fin 2006), nous devons chercher d’abord à découvrir et à comprendre les causes principales de cette dégradation prématurée et ensuite déterminer une stratégie pour éviter et/ou minimiser ce phénomène dans un pays en voie de développement comme la Mauritanie et dont les moyens financiers sont réduits. L’objectif de ce travail de recherche est de constater, analyser et enfin tenter de répondre aux dizaines de questions que se posent les ingénieurs concernant les pathologies observées le long de la route (NKC-NDB) , en particulier sur le tronçon du lot 2. Citons deux parmi ces questions : Existe-t-il une relation entre la couche de base conçu avec des matériaux locaux à base de coquillages et l’apparition de ces fissures ? Granulométrie, porosité, etc,... Pourquoi observe-t-on des fissures à certains endroits et pas à d’autres sur le tronçon du l 2 ? Pour traiter ce problème complexe, la démarche a consisté d’abord à faire des relevés in situ de l’état de la chaussée, à analyser les nombreux documents d’expertise établis durant la période 2004-2005, et enfin à procéder à une reconnaissance in situ suivie d’une campagne expérimentale, notamment après le sinistre inondation de septembre 2009. Les résultats de ces analyses montrent que le sable coquillé peut être utilisé comme couche de base sous certaines conditions, sans négliger la qualité du sol support, qui dans ce cas est un limon qui a montré des aptitudes à l’effondrement lors d’inondation.

Mots Clés : Routes — Remblais — Régions arides — Coquillages — Détérioration — Drainage — Bassin sénégalo-mauritanien — Sebkha Nedhamcha — Fissuration de chaussée — Reconnaissance in situ —Humidification

Présentation : SUDOC

Page publiée le 5 avril 2013, mise à jour le 24 janvier 2018