Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Canada → Migrations environnementales et stratégies d’adaptation : Vers une intégration viable

Universite de Sherbrooke (2012)

Migrations environnementales et stratégies d’adaptation : Vers une intégration viable

Cournoyer-Cyr, Vanessa

Titre : Migrations environnementales et stratégies d’adaptation : Vers une intégration viable

Auteur : Cournoyer-Cyr, Vanessa

Université de soutenance : Universite de Sherbrooke

Grade : Maîtrise en environnement (M. Env.) 2012

Résumé
L’avènement des changements climatiques a donné lieu à l’émergence d’une nouvelle problématique, soit celle des migrations environnementales. Longtemps méconnu, ce phénomène complexe pose des difficultés au niveau de la terminologie et du statut juridique, ce qui complique la mise en place de politiques d’adaptation. Face à cette situation, ce mémoire s’est donné comme objectif d’évaluer l’impact des stratégies d’adaptation aux migrations environnementales sur les régions d’accueil et leur population. Pour ce faire, un portrait de l’évolution des stratégies d’adaptation aux changements climatiques et aux migrations environnementales a d’abord été dressé. Par la suite, l’accent a été mis sur les cas des migrations environnementales en provenance du Bangladesh et celles provenant de la région du Sahel. Durement touchés par les changements climatiques, le Bangladesh et le Sahel ont assisté, impuissants, à la migration de milliers de leurs citoyens vers de nouveaux cieux. La politique de restriction des migrations mise en place par l’Inde en réponse aux migrations bangladaises et la stratégie d’accroissement des connaissances sur les migrations environnementales encouragée par les pays du Sahel ont donc été analysées pour en déterminer les impacts environnementaux et sociaux. Le recours à l’observation documentaire a été privilégié pour la réalisation de cette étude de type qualitatif. Au terme de l’analyse, il a été démontré que, quoique différentes, les stratégies d’adaptation mises en place respectivement par l’Inde et les pays du Sahel ont une portée limitée puisque l’urbanisation a connu une croissance importante et que les risques de conflits demeuraient prépondérants. De plus, en Inde comme au Sahel, la migration s’est accompagnée d’un afflux de main d’œuvre peu qualifiée plutôt que qualifiée. Néanmoins, la politique restrictive indienne s’accompagnait davantage de répercussions négatives sur l’environnement, alors que la stratégie sahélienne a permis quant à elle le développement d’un réseau de connaissances favorisant la restauration environnementale dans les régions d’origine. Les résultats de cette étude ont toutefois rencontré certaines limites, notamment en termes de validité de la documentation et de terminologie. L’analyse conclut qu’en l’absence d’une définition claire du phénomène des migrations environnementales, toute étude portant sur le sujet risque de se buter à d’importantes difficultés. Ainsi, il est recommandé d’établir d’abord et avant tout un consensus sur la terminologie et la définition qui l’accompagne, de façon à permettre l’élaboration d’un statut juridique clair. De plus, il est suggéré de favoriser les migrations volontaires tout en réduisant les migrations forcées, ce qui permettrait d’optimiser les bénéfices entourant les migrations environnementales. Afin d’accroître la portée des stratégies d’adaptation aux migrations, le recours à une action concertée aux niveaux international, national et régional est finalement encouragé.

Mots clés : adaptation, changements climatiques, Bangladesh, Inde, migrations environnementales, Sahel, statut juridique.

Version intégrale

Page publiée le 16 avril 2013, mise à jour le 1er septembre 2017