Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Maroc → Thèse soutenue → Contribution à l’étude de l’écologie et de la biologie de l’arganier « Argania spinosa (L.) Skeels » du Nord-Est du Maroc

Université Mohamed Premier, Oujda (2003)

Contribution à l’étude de l’écologie et de la biologie de l’arganier « Argania spinosa (L.) Skeels » du Nord-Est du Maroc

Tazi, Mohammed Reda

Titre : Contribution à l’étude de l’écologie et de la biologie de l’arganier « Argania spinosa (L.) Skeels » du Nord-Est du Maroc

Auteur : Tazi, Mohammed Reda

Université de soutenance : Université Mohamed Premier, Faculté des Sciences, Oujda

Grade : Doctorat 2003

Résumé
Ce travail vise à caractériser l’écologie et la biologie « Argania spinosa L. skeels » du Nord-est du Maroc. A cet égard trois volets ont été entrepris : - Apprécier la présence de l’arganier dans cette région par des paramètres climatiques. - Cartographier l’aire de répartition de cette essence dans la région et étudier écologie par la méthode de relevés phytoécologiques. - Etudier la biologie de l’espèce en s’intéressant : à la régénération par voie sexuée, aux modalités de la croissance et du développement, à la caractérisation du fruit et du noyau et à l’effet des stress salin (NaC1) et hydrique (PEG) sur la germination des graines in vitro. L’ensemble des résultats est résumé comme suit : - L’arganeraie du Nord-est du Maroc s’inscrit dans l’étage de végétation thermoméditérranéen en ambiance semi-aride tempérée. - L’étude phytoécologique par l’AFC indique la présence de cinq groupements végétaux. - L’esquisse cartographique montre pour la première fois la présence de l’arganier dans le Rif Oriental. Il s’étend depuis le littoral jusqu’aux piémonts occidentaux des Béni-Snassen. Cette essence se trouve dans un état très dégradé présentant des pieds très dispersés. - La germination in vivo des graines de l’arganier reste relativement faible par rapport à la germination in vitro et ceci malgré que ces derniers soient une bonne qualité. Elle dépend du traitement de la graine, de son poids et de l’arbre dont elle est issue. Il s’est avéré que les amandes permettent d’obtenir des taux de germination relativement élevés par rapport aux graines entières. Le pourcentage de levée est proportionnel au poids de la graine. Les paramètres de la germination sont significativement améliorés par l’utilisation des graines dénudées et la nature du substrat. - La croissance des plantules de l’arganier sous serre est indépendante du type du substrat, cependant, elle est influencée par l’origine des graines dont sont issues les plantules. - La croissance en longueur des rameaux des arbres adultes est caractérisée par trois phases : une phase à croissance lente, une phase à croissance rapide et une phase de stabilisation. Le gain de la croissance durant les deux années d’étude était faible. Il dépend des paramètres climatiques. L’exposition sud a un effet net sur la croissance des rameaux par rapport aux autres expositions. - Les facteurs climatiques semblent contrôler la cinétique de la ramification chez les sujets adultes d’arganier. - La feuillaison des arbres adultes commence en automne et se poursuit en hiver. L’été et le début de l’automne sont des périodes de défoliation. L’arganier fleurit en deux périodes au mois de novembre et au mois de mars. La maturation des fruits s’observe la deuxième année après la floraison et s’étale du mois d’avril jusqu’au mois de juillet. - La distinction visuelle combinée à l’analyse en composante principale a permis de définir quatre formes de fruits (ovale, ovale apiculé, sphérique et fusiforme) et trois formes de noyaux (ovale, sphérique et fusiforme). - La germination et la croissance in vitro sous des conditions de stress salin et hydrique ont montré que : Les amandes d’arganier arrivent à germer même à une concentration de 9g/l de sel avec un pouvoir germinatif de 69% alors que l’émergence de l’axe caulinaire était très affectée par les concentrations croissantes de NaC1. Sous stress hydrique, la germination des amandes de l’arganier reste relativement élevée à la concentration de 40g/l de PEG, alors que l’émergence de l’axe de la tige était nulle. Il s’avère aussi que la croissance et la productivité de la partie aérienne sont plus touchées par le stress salin et hydrique que la partie souterraine.

Mots clés : Ecologie végétale ; Environnement ; Milieu aride ; Arganier ; Argania spinosa (L.) Skeels ; Maroc ; Germination

Présentation (Toubk@l)

Page publiée le 24 mai 2013, mise à jour le 12 janvier 2018