Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Maroc → Thèse soutenue → Etude d’impacts naturels et anthropiques sur l’évolution de la minéralisation de la nappe côtière de Saïdia par le biais d’une approche multidisciplinaire, couplée à un essai de modélisation et une cartographie de la vulnérabilité environnementale

Université Mohamed Premier, Faculté des Sciences, Oujda (2007)

Etude d’impacts naturels et anthropiques sur l’évolution de la minéralisation de la nappe côtière de Saïdia par le biais d’une approche multidisciplinaire, couplée à un essai de modélisation et une cartographie de la vulnérabilité environnementale

Melloul, Abderrahmane

Titre : Etude d’impacts naturels et anthropiques sur l’évolution de la minéralisation de la nappe côtière de Saïdia par le biais d’une approche multidisciplinaire, couplée à un essai de modélisation et une cartographie de la vulnérabilité environnementale

Auteur : Melloul, Abderrahmane

Université de soutenance : Université Mohamed Premier, Faculté des Sciences, Oujda

Grade : Doctorat 2007

Résumé
Une approche multicritère combinant plusieurs techniques à l’aide d’une interface créé à l’intérieur d’un système d’information géographique, couplée à un essai de modélisation et une étude de vulnérabilité environnementale, est utilisée pour comprendre le fonctionnement hydrogéologique de l’aquifère côtier de saidia, développer une procédure pour l’évaluation de la contamination de l’eau souterraine et délimiter les aires vulnérables. La plaine de saîdia ne présente pas de grandes différences d’altitude, elle varie entre 0.5 et 10 m. Les formations géologiques de la subsurface sont des sédiments consolidés d’âge quaternaire et est formée généralement de deux horizons. Le premier est un dépôt argilo limoneux et le deuxième horizon est un sable marin. Le climat de la plaine peut être défini comme un climat semi-aride de type méditerranéen. Une représentation graphique des précipitations nous a permis de mieux distinguer les périodes à tendance déficitaire des périodes à tendance excédentaire. Un des intérêts du bilan de l’eau est d’estimer l’infiltration efficace moyenne annuelle, elle est d’environ 73 mm. L’étude menée sur la région de saidia, a révélé le contexte hydrogéologique de la zone et la structure du réservoir. Ce dernier est composé de trois unités perméables et deux unités semi perméable. La première unité perméable, formé de sables fins, moyens à grossiers. Ces sédiments ont été déposés dans un milieu surtout marin. La morphologie des cartes piézométriques établies, montre un sens d’écoulement général vers la mer. Les données piézométriques ont permis de montrer des zones de recharge locale au niveau des dunes. La détermination de la distribution spatiale conductivités hydrauliques de l’aquifère a été simulée grâce à un modèle mathématique. Les sondages électriques ont été réalisés comme un moyen préliminaire de prospection des zones salées dans la plaine. Les valeurs de résistivité obtenues à partir des modèles géo électriques sont comparées avec les descriptions lithologiques. Ces modèles avaient fourni une reconnaissance détaillée de la variation de l’eau salée avec la profondeur et entre les dunes et les vasières. La formation saturée en eau salée est caractérisée par une résistivité qui varie de 1 à 4 m à une profondeur comprise entre 3.2 et 9 m. La salinité des eaux souterraines de la région est dépendante à la fois du temps du séjours de l’eau dans le réservoir aquifère et des conditions d’échanges avec l’hydrosphère. Nous avons observé que la salinité des eaux souterraines augmente selon le sens d’écoulement de l’aquifère ? La dominance des chlorures dans la composition des anions est attribuée à l’importance de la contribution des eaux marines dans les eaux sous terraines. La carte de vulnérabilité intrinsèque de la nappe phréatique côtière a permis de distinguer les zones à forte et très forte vulnérabilité occupant le littoral de saidia. Dans ces zones, presque tous les paramètres interviennent dans l’augmentation du degré de vulnérabilité de la nappe. Mais spécialement, on peut retenir en premier lieu : la profondeur de la nappe (environ 1.3 m dans quelques zones) et la nature du sol et de la zone non saturée (généralement sableuse).

Mots clés : Eau souterraine ; Vulnérabilité ; Résistivité ; Salinité ; Eau marine

Présentation (Toubk@l)

Page publiée le 25 mai 2013, mise à jour le 10 janvier 2018