Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Canada → Wild edible plants (WEPs) and their contribution to food security : an analysis of household factors, access and policy in the semi-arid midlands of Kenya

McGill University (2013)

Wild edible plants (WEPs) and their contribution to food security : an analysis of household factors, access and policy in the semi-arid midlands of Kenya

Shumsky, Stephanie

Titre : Wild edible plants (WEPs) and their contribution to food security : an analysis of household factors, access and policy in the semi-arid midlands of Kenya.

Auteur : Shumsky, Stephanie

Université de soutenance : McGill University

Grade : MS, Department of Natural Resource Sciences, 2013

Résumé
L’insécurité alimentaire et la malnutrition affectent environ une personne sur sept à travers le monde et le changement climatique menace d’accroître ces risques à l’avenir. La plupart des politiques qui concernent les systèmes alimentaires futures mettent en relief la résilience - une combinaison de flexibilité face à la perturbation et la capacité de s’adapter au changement. En Afrique sub-saharienne de nombreux ménages utilisent des stratégies de moyens de subsistance qui sont très sensibles aux changements et ne peuvent bien s’adapter aux conditions environnementales, ce qui les rendent vulnérables et dépendants des stratégies de survie. L’utilisation des plantes sauvages comestibles (WEPs) représente une stratégie particulièrement commune et efficace. Cette recherche réalisée dans la Province de l’Est du Kenya suggère que certaines caractéristiques démographiques et conditions d’accès sont en corrélation avec une augmentation de la consommation de WEPs. Les lois forestières dans les zones de conservation, la privatisation des terres communales, et la formalisation des régimes de gestion contribuent à la réduction d’accès aux ressources WEP, tout en mettant l’accent sur la commercialisation et la valeur de ces produits pour l’export, ce qui a provoqué les agents de vulgarisation et les propriétaires fonciers à ignorer la valeur substantielle des WEPs, en particulier pour les populations les plus pauvres. La protection et la promotion de l’utilisation durable des WEPs pourraient augmenter la contribution actuelle de ces ressources importantes à la sécurité alimentaire des ménages, et d’autant plus si les politiques peuvent être adaptées pour les groupes qui dépendent le plus sur les WEPs.

Présentation

Version intégrale (22 Mb)

Page publiée le 19 septembre 2013, mise à jour le 6 février 2018