Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2013 → Hydrogéologie du bassin versant de l’Oued Ksob (Tébessa) : vulnérabilité et protection de la ressource

Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB) (2013)

Hydrogéologie du bassin versant de l’Oued Ksob (Tébessa) : vulnérabilité et protection de la ressource

Derias, Tarek

Titre : Hydrogéologie du bassin versant de l’Oued Ksob (Tébessa) : vulnérabilité et protection de la ressource

Auteur : Derias, Tarek

Université de soutenance : Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB)

Grade : Doctorat 2013

Résumé
La plaine de Tébessa-Morsott, correspond à un fossé d’effondrement à structure synclinale, favorable à l’emmagasinement de l’eau, mais dont le remplissage hétérogène rend la reconnaissance hydrogéologique aléatoire. Cet état de fait a requis une approche hydrogéologique plurielle impliquant en particulier des études probabilistes (théorie des variables régionalisées), associées à des méthodes empiriques (hydroclimatologie), expérimentales (géophysique et pompages d’essai), enfin déterministes (simulation des écoulements souterrains). L’étude géophysique montre que le fossé est comblé par des alluvions du Plio-quaternaire (résistivité de 10 à 100 .m) reposant sur un substrat imperméable (2 à 8 .m), correspondant aux marnes dano-montiennes. L’étude hydroclimatologique révèle l’existence d’un climat semi-aride de type continental, avec un bilan hydrique déficitaire. L’approche géostatistique portant sur les paramètres hydrogéologiques a permis leur reconstitution spatiale par le biais du krigeage et cokrigeage, en préambule à la modélisation de la nappe. L’application du modèle en 3D, par la méthode des différences finies a permis de restituer la piézométrie, d’affiner le bilan, puis d’établir en régime transitoire des scénarios d’exploitation, mettant en exergue des rabattements considérables atteignant la quarantaine de mètres sur une période de vingt ans. L’étude hydrochimique a permis de préciser l’inter-relation eau-roche et d’identifier les sources potentielles de pollution. L’analyse statistique multidimensionnelle, à travers les cartes isofacteurs indique une dissolution prononcée des formations évaporitiques des Dj. Djébissa et Belkfif, combinée par endroits à un lessivage des sédiments quaternaires. La deuxième composante montre une pollution des eaux souterraines par les eaux usées ainsi que par infiltration et épandage des engrais chimiques. La cartographie de la vulnérabilité montre que les zones de forte vulnérabilité couvrent 25% de la surface totale de la plaine. Ces zones occupent les bordures ainsi que les secteurs urbains de Tébessa, El- Hammamet, Aïn Chabro et Morsott. Par malchance, ces zones abritent les forages qui assurent plus de 80% de l’eau potable.

Mots clés : Bassin (géologie) : Tébessa (Algérie) ; Aquifères : Analyse : Tbessa (Algérie) ; Hydrogéologie : Tbessa (Algérie) ; Réservoirs souterrains : Effets de la pollution ; Oueds : Algérie ; Gestion des ressources en eau : Tbessa (Algérie)

Présentation

Page publiée le 9 décembre 2013, mise à jour le 8 octobre 2018