Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2012 → Contribution à l’étude des effets de la végétation sur la mécanique de ruissellement et l’érosion hydrique du sol

Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB) (2012)

Contribution à l’étude des effets de la végétation sur la mécanique de ruissellement et l’érosion hydrique du sol

Madi, Houssin

Titre : Contribution à l’étude des effets de la végétation sur la mécanique de ruissellement et l’érosion hydrique du sol

Auteur : Madi, Houssin

Université de soutenance : Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB)

Grade : Magister 2012

Résumé
L’objectif du présent travail est l’étude de l’effet de la végétation sur la mécanique du ruissellement et l’érosion hydrique du sol. La méthodologie adoptée est relative à une série d’expériences, sous simulateur de pluie, menées au sein du laboratoire LEGHYD de la faculté de génie Civil de l’USTHB. Les expériences ont été réalisées sur un bac de 2m de longueur, 0,5m de largeur et 0,15m de profondeur. Le sol utilisé est de nature sableux agricole ayant une composition de 62,08% de sable grossier, 19,14% de sable fin, 11,57% de limon, et 7,21% d’argile. Des tiges en plastique de 4mm de diamètre ont été utilisées comme végétation artificielle pour différentes densités des tiges (0, 126 tiges/m², 203 tiges/m², 461 tiges/m² et 2500 tiges/m²). Les intensités de pluie appliquées sont de 21 mm/h, 30 mm/h, 53 mm/h, 61 mm/h et 73mm/h. La pente du bac est fixée à 3°. Les résultats obtenus montrent que la végétation réduit l’érosion du sol et influe sur les paramètres hydrauliques du ruissellement. La vitesse de l’écoulement diminue significativement avec la densité de végétation dont la réduction maximum observée est de 27,45% pour une densité de 2500 tiges/m², en comparaison avec un sol nu, pour l’intensité de 73mm/h. La profondeur de l’écoulement diminue sous l’influence de la densité des tiges. Pour notre travail, nous avons constaté que l’écoulement est laminaire (Re < 500) et fluvial (Fr < 1) pour toutes les densités des tiges. La végétation favorise une rugosité exceptionnelle à la surface du sol, due aux tiges qui ralentirent l’écoulement et piègent les sédiments

Mots clés : Sols : Erosion ; Ecoulement (hydrologie) ; Plantes : Erosion ; Ecoulement laminaire ; Tiges (botanique)

Présentation

Page publiée le 11 décembre 2013, mise à jour le 28 septembre 2018