Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Maroc → Thèse soutenue → Etude phytochimique et antifongique de deux plantes du Sud du Maroc : Asteriscus graveolens subsp. odorus (Schousb.) Greuter et Asteriscus imbricatus (Cav.) DC.

Université Ibnou Zohr, Agadir (2012)

Etude phytochimique et antifongique de deux plantes du Sud du Maroc : Asteriscus graveolens subsp. odorus (Schousb.) Greuter et Asteriscus imbricatus (Cav.) DC.

Alilou, Hakim

Titre : Etude phytochimique et antifongique de deux plantes du Sud du Maroc : Asteriscus graveolens subsp. odorus (Schousb.) Greuter et Asteriscus imbricatus (Cav.) DC.

Auteur : Alilou, Hakim

Université de soutenance : Université Ibnou Zohr, Agadir

Grade : Doctorat 2012

Résumé partiel
Ce travail s’intéresse à l’étude phytochimique et à l’activité antifongique de deux espèces du Sud du Maroc appartenant à la famille des Asteraceae : Asteriscus graveolens subsp. odorus et Asteriscus imbricatus. La partie phytochimique effectuée pour la première fois a pour objectif principal l’extraction, la séparation, la purification et la caractérisation par les différentes méthodes spectroscopiques de la structure chimique des flavonoïdes et des lactones sesquiterpèniques majoritaires d’Asteriscus graveolens subsp. odorus et Asteriscus imbricatus. Le screening phytochimique des feuilles et des fleurs d’Asteriscus graveolens subsp. odorus et Asteriscus imbricatus a révélé la présence des alcaloïdes, des flavonoïdes, des tanins catéchiques, des terpènes, des coumarines et des composés cyanogénétiques. Quand aux saponines et les quinones libres, ils sont présents dans les fleurs d’Asteriscus graveolens subsp. odorus et Asteriscus imbricatus et ils sont absents dans les feuilles des deux plantes. La caractérisation des molécules par spectrophotométrie UV a révélé la présence de l’acide caféique, névadensine, lutéoline et artemétine dans les feuilles d’Asteriscus graveolens subsp. odorus. Quant aux feuilles d’Asteriscus imbricatus, on note la présence de l’artemétine tandis que d’autres molécules sont purifiées et en cours d’identification. L’extraction suivie de séparations et de purifications en combinant diverses techniques chromatographiques et d’analyse spectrale a conduit à une nouvelle lactone sesquiterpène nommée naupliolide (C1) avec un nouveau squelette tétracyclique. Plusieurs composés connus : 6,7,9,10- tetradehydroasteriscanolide (2) et asteriscunolides (3a, 3b, 3c et 3d) ont été identifiés. L’analyse de l’huile essentielle d’Asteriscus imbricatus par GC-MS, effectuée pour la première fois, a montré la présence des produits majoritaires : thymol isobutyrate, 2,5- dimethoxy-p-cymène, α-pinène et cis-chrysanthenyle acétate. Quant à Asteriscus graveolens subsp. odorus, elle présente une quantité très élevée en 6-oxocyclonerolidol et l’epi-α-cadinol et une faible quantité en α-pinène, humulene epoxyde II, α-bisabolone oxide, bisabolone, α- humulene, myrtenylacetate et trans-chrysanthenyle acétate. L’étude biologique d’Asteriscus graveolens subsp. odorus et Asteriscus imbricatus s’inscrit dans le cadre de la recherche d’une démarche préventive de lutte intégrée visant à la réduction significative de l’utilisation des pesticides et en particulier les fongicides.

Mots clés : Activité antifongique - Asteriscus graveolens subsp. Odorus - Asteriscus imbricatus - Champignon pathogène - Phytochimie

Présentation (Toubkal)

Version intégrale (5,12 Mb)

Page publiée le 18 décembre 2013, mise à jour le 3 janvier 2018