Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Maroc → DES ou DESA → Recherches écologiques sur la faune aquatique des puits de la Région de Tiznit (Anti-Atlas occidental, Maroc)

Université Cadi Ayyad Marrakech (1988)

Recherches écologiques sur la faune aquatique des puits de la Région de Tiznit (Anti-Atlas occidental, Maroc)

Boulal, Mokhtar

Titre : Recherches écologiques sur la faune aquatique des puits de la Région de Tiznit (Anti-Atlas occidental, Maroc)

Auteur : Boulal, Mokhtar

Université de soutenance : Université Cadi Ayyad, Faculté des sciences-Semlalia, Marrakech

Grade : DES ou DESA 1988

Résumé
Plus d’une centaine de stations, des puits essentiellement, ont fait l’objet d’une prospection faunistique dans la province de Tiznit et dans les régions voisines. La mémoire contient des considérations générales sur les divers milieux aquatiques souterrains et sur leur faune, puis l’organisation de l’étude est présentée, suivie par l’exposé des résultats et leur discussion. Au total 51 taxons aquatiques différents ont été récoltés, dont 18 sont des espèces souterraines qui vivent dans la nappe phréatique. 10 puits choisis dans un rayon de 20 Km autour de la ville de Tiznit, ont fait l’objet, pendant 2 années, de prélèvements mensuels de la faune, et d’une analyse des caractéristiques physico-chimiques de l’eau. Une typologie de ces puits est établis, d’abord au moyen de spectres physico-chimiques de l’eau, puis à l’aide d’une analyse des correspondances (A.F.C) et d’une analyse hiérarchique, réalisées sur un micro-ordinateur ; les résultats sont ensuite comparés et discutés. Il apparait que la plupart de ces puits sont plus ou moins pollués, en particulier ceux qui se trouvent au nord de la ville, à l’aval des rejets de la station d’épuration des eaux usées. Une typologie des 10 puits est établie ensuite, dans une seconde analyse, à partir de leurs caractéristiques faunistique. Les groupements de puits ainsi obtenus différent sensiblement de ceux de la 1ère A.F.C. il apparait en effet, qu’à Tiznit comme ailleurs, si la qualité de l’eau est un facteur très important pour la faune des puits (qui renferme des espèces sensibles à la pollution et à l’opposé, des espèces résistantes qui subsistent seules lorsque l’eau est très polluée), d’autres facteurs, notamment les interactions biotiques entre les espèces stygobie, ainsi que l’origine géographique des eaux souterraines qui parviennent dans la zone d’étude, doivent être pris en compte pour expliquer la distribution de ces espèces. Parmi les espèces stygobies, l’attention s’est portée plus particulièrement sur les crustacés péracarides. 5 espèces, nouvelles pour le Maroc et pour la Science, ont été découvertes, et sont présentement en cours d’étude : 3 appartiennent au genre Typhlocirolana (Tsopodes Cirolanides) et 2 à la famille des Metacrangoneytidae (Amphipodes stygobie). La biologie et l’écologie des populations de crustacés sont abordées, en particulier l’étude du cycle biologique d’une population de Typhlocirolana tiznitensis n.sp. Le travail apporte donc, à coté de résultats scientifiques importants au plan fondamental, des données utiles aux populations et aux services d’hygiène, puisqu’il est apparu, à la suite des analyses physico-chimiques et bactériologiques, que la consommation de l’eau de certains puits pourrait être dangereuse.

Mots clés : Hydrobiologie souterraine ; Faune aquatique ; Tiznit ; stygobie ; Puits

Présentation (Toubk@l)

Page publiée le 20 décembre 2013, mise à jour le 12 janvier 2018