Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 1988 → Contribution à l’étude écophysiologique du chêne vert : Germination, échanges gazeux et métabolisme glucidique

Université Paul Sabatier - Toulouse III (1988)

Contribution à l’étude écophysiologique du chêne vert : Germination, échanges gazeux et métabolisme glucidique

Meziane, Driss

Titre : Contribution à l’étude écophysiologique du chêne vert : Germination, échanges gazeux et métabolisme glucidique

CONTRIBUTION TO AN ECOPHYSIOLOGICAL STUDY OF QUERCUS ILEX : GERMINATION, PHOTOSYNTHESIS AND SUGAR METABOLISM

Auteur : Meziane, Driss

Université de soutenance : Université Paul Sabatier - Toulouse III

Grade : Doctorat de 3e cycle : Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie 1988

Résumé
QUELQUES CARACTERES ECOPHYSIOLOGIQUES DU CHENE VERT ONT ETE ETUDIES DANS LE BUT DE COMPRENDRE LA REPARTITION NATURELLE DE L’ESPECE. UNE DUREE DE STRATIFICATION FROIDE DE 12 SEMAINES ET L’ABLATION DESPERICARPES FAVORISENT LA GERMINATION. LE STRESS HYDRIQUE A PEU D’EFFETS SUR CELLE-CI JUSQU’A DES POTENTIELS DE 18 BARS, CE QUI SITUE LE CHENE VERT PARMI LES ESPECES XEROPHILES MEME A CE STADE DE DEVELOPPEMENT. L’INHIBITION DE LA CROISSANCE DES PLANTULES PAR LE STRESS HYDRIQUE APPARAIT VERS 11 BARS. PAR COMPARAISON AVEC D’AUTRES ESPECES, LE CHENE VERT PEUT ETRE CONSIDERE COMME UNE ESPECE XEROPHILE. LA PHOTOSYNTHESE NETTE DES PLANTULES EST TRES SENSIBLE AUX ECLAIREMENTS DE CROISSANCE EN RAISON DE NOMBREUSES MODIFICATIONS ANATOMIQUES : TISSUS ASSIMILATEURS TRES DEVELOPPES, TENEUR EN CHLOROPHYLLE PLUS ELEVEE ET NOMBRE DE STOMATES PLUS GRAND CHEZ LES PLANTULES FORTEMENT ECLAIREES. EN OUTRE, L’ECLAIREMENT QUI INDUIT L’OUVERTURE STOMATIQUE MAXIMALE EST PLUS FAIBLE POUR LES PLANTES OMBRAGEES, CE QUI TEMOIGNE DE BONNES CAPACITES D’ADAPTATION A L’OMBRAGE. CHEZ LES RAMEAUX EN CROISANCE, LA PHOTOSYNTHESE NETTE NE DEVIENT POSITIVE QUE TARDIVEMENT, CE QUI IMPLIQUE UNE IMPORTATION D’ASSIMILATS QUI SE REPERCUTE SUR LE BILAN GLUCIDIQUE DES FEUILLES ADULTES. LES VARIATIONS JOURNALIERES ET ANNUELLES DES GLUCIDES DANS LES LIMBES SEMBLENT CORRELEES A LA NATURE DE LA RELATION SOURCE-PUITS QUI S’ETABLIT ENTRE ORGANES ADULTES ET ORGANES JEUNES, SANS QU’ON PUISSE EXCLURE LES EFFETS DE CERTAINS FACTEURS ECOLOGIQUES

Mots clés : ECOLOGIE ANIMALE, VEGETALE ET MICROBIENNE QUERCUS ILEX / GERMINATION / PHOTOSYNTHESE / METABOLISME GLUCIDIQUE / STRESS HYDRIQUE / OMBRE / STRATIFICATION

Présentation (SUDOC)

Page publiée le 20 décembre 2013, mise à jour le 12 juillet 2017