Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Maroc → DES ou DESA → Valorisation des plantes médicinales marocaines : contribution à l’étude de quelques aspects pharmacologiques de Sium nodiflorom L. (Ombellifères)

Université Cadi Ayyad Marrakech (1992)

Valorisation des plantes médicinales marocaines : contribution à l’étude de quelques aspects pharmacologiques de Sium nodiflorom L. (Ombellifères)

Larhsini, Mustapha

Titre : Valorisation des plantes médicinales marocaines : contribution à l’étude de quelques aspects pharmacologiques de Sium nodiflorom L. (Ombellifères)

Auteur : Larhsini, Mustapha

Université de soutenance : Université Cadi Ayyad ,Faculté des Sciences Semlalia,Marrakech

Grade : DES ou DESA 1992

Résumé
Le travail que nous avons entrepris entre dans le cadre de la valorisation des plantes médicinales marocaines, en essayant de vérifier par l’expérimentation scientifique le bien fondé des indications relevées pour le Sium nodiflorom L. : plante très largement utilisée dans le milieu populaire marocain pour le traitement des abcès, lymphangites, aphtoses, gingivites et stomatites. Pour ce faire, plusieurs tests biologiques des extraits aqueux et organiques de la plante ont été testés. Nous avons commencé tout d’abord par une étude systématique et anatomique de la plante pour permettre sa différentiation avec d’autres siums marocains. Après une revue bibliographique des groupes chimiques rencontrés chez les ombellifères et des essais phytochimiques préliminaires par réaction chimique, utilisés pour la recherche des différents groupes chimiques à usage thérapeutique, nous avons réalisé une extraction des fractions flavoniques. Leur toxicité aigue par voie orale et leurs pouvoirs antalgique sur la souris suisse albinos ont été menés, et les résultats montrent que les différents extraits sont très bien tolérés par la souris jusqu’à une dose de 5g/kg, alors qu’ils ne présentent pas d’effet antalgique significatif. Ces différents extraits sont également testés que vingt espèces de bactéries pathogènes pour l’homme et plusieurs souches de champignons appartenant aux groupes des levures et des moisissures. Le Staphylococcus aureus et Citrobacter freundii sont les bactéries les plus sensibles particulièrement vis-à-vis de l’extrait de l’éther éthylique, alors que les champignons du groupe des levures apparaissent comme les souches les plus sensibles. Une évaluation au laboratoire de l’activité molluscicide des extraits de la plante contre Bullinus Truncatus, agent de la schistosomiase au Maroc, montre que l’extrait obtenu à partir d’une extraction avec le chloroforme à chaud possède une activité digne d’intérêt. La séparation de cet extrait en utilisant divers solvants organique et par colonne de gel de silice, conduit à l’isolement d’un produit majoritaire et d’une fraction très active

Mots clés : Eaux continentales ; Plante médicinale ; Ombellifère ; Phytochimie

Présentation (Toubk@l)

Page publiée le 21 décembre 2013, mise à jour le 13 janvier 2018