Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 1988 → Hydrogéochimie et hydrologie isotopique des aquifères fluorures du bassin du Sénégal : origine et conditions de transport du fluor dans les eaux souterraines

Université Paris 11 (1988)

Hydrogéochimie et hydrologie isotopique des aquifères fluorures du bassin du Sénégal : origine et conditions de transport du fluor dans les eaux souterraines

Travi, Yves

Titre : Hydrogéochimie et hydrologie isotopique des aquifères fluorures du bassin du Sénégal : origine et conditions de transport du fluor dans les eaux souterraines

DESCRIPTION ET INTERPRETATION DU FONCTIONNEMENT HYDRODYNAMIQUE ET HYDROCHIMIQUE DES NAPPES. CARTOGRAPHIE DES EAUX SOUTERRAINES FLUORUREES

Auteur : Travi, Yves

Université de soutenance : Université Paris 11

Grade : DOCTORAT D’ETAT : Terre, océan, espace : 1988

Résumé
Des eaux riches en fluor ainsi que des conditions lithologiques hydrodynamiques, hydrogéochimiques et paléo hydrologiques très variées caractérisent les trois systèmes aquifères principaux du bassin du Sénégal (maastrichtien, paléocène­ éocène, oligo-miocène).Dans ce contexte, l’étude hydrogéochimique et isotopique des nappes a été engagée avec un double objectif :-décrire et interpréter le fonctionnement hydro dynamiqueet hydrochimique ;-cartographier les eaux souterraines fluorurées ; comprendre l’origine et les conditions de migration du fluor dans les eaux.Cette démarche s’appuie sur l’analyse des éléments majeurs, des éléments en trace, des isotopes stables et radioactifs (18O, 2H, 3H, 14C 36cl) et sur l’utilisation du programme de calcul des équilibres thermodynamiques EQUILT. En outre, quelques mesures ont été réalisées sur la géochimie du réservoir paléocène - éocène et sur les gaz nobles en solution.Ces nappes conservent une trace chimique et isotopique interprétable des épisodes climatiques récents ; ainsi, par exemple, la remontée du niveau océanique est mise en relation avec l’inversion des flux de drainance entre les nappes maestrichtienne et paléocène, et l’infiltration d’eaux saumâtres au voisinage des estuaires actuels.Dans les bassins sédimentaires, la fluor-apatite, minéral des roches phosphatées, représente la principale source de fluor : dans les régions de socle cristallin, ce rôle est joué par la fluorine et le fluor adsorbé dans les minéraux phylliteux et les microfissures.Les mesures réalisées au Sénégal et en Tunisie, et les données bibliographiques réinterprétées montrent, dans presque tous les cas, le rôle fondamental de la saturation en fluorine des eaux. Quand celles-ci sont sous-saturées, le réservoir et l’hydrodynamisme sont prépondérants. Quand elles sont saturées, les réactions qui modifient l’activité du calcium et la formation de complexes calciques ou fluorés déterminent l’évolution des1 concentrations en fluor. Les calculs d’équilibres thermodynamiques détaillent ces mécanismes et permettent de quantifier

Mots Clés : AFRIQUE OUEST / AFRIQUE DU NORD / HYDROGEOLOGIE / HYDROCHIMIE / ISOTOPE / FLUOR / PHOSPHATE / SENEGAL / TUNISIE / AFRIQUE WEST AFRICA / NORTH AFRICA / HYDROGEOLOGY / HYDROCHEMISTRY / ISOTOPES / FLUORINE / PHOSPHATES / SENEGAL / TUNISIA / AFRICA

Présentation (SUDOC)

Page publiée le 1er janvier 2014, mise à jour le 12 juillet 2017