Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Maroc → DES ou DESA → Épuration des eaux usées de la ville de Marrakech par un système extensif sur-irrigation-Drainage

Université Cadi Ayyad Marrakech (1994)

Épuration des eaux usées de la ville de Marrakech par un système extensif sur-irrigation-Drainage

Ouchen, Abdelghani

Titre : Épuration des eaux usées de la ville de Marrakech par un système extensif sur-irrigation-Drainage

Auteur : Ouchen, Abdelghani

Université de soutenance : Université Cadi Ayyad Marrakech

Grade : DES ou DESA 1994

Résumé
Dans le cadre du projet relatif au traitement et valorisation des eaux usées de la ville de Marrakech, un traitement extensif des effluents bruts de Marrakech a été testé par un système pilote de sur-irrigation-drainage. La station s’étale sur une superficie de deux hectares environ et comporte une culture de luzerne. Elle est menue de dix piézomètres et d’un réseau de drainage enterré. Le principe de l’expérimentation consiste à apporter, en excès, un effluent brut sur trois parcelles expérimentales qui différent par l’écartement des drains. L’excès d’eau, ayant percolé à travers un sol non saturé, est recueilli dans le réseau de drainage et collecté dans une fosse de colature. Le fonctionnement du système avec des applications moyennes de 8,5 cm a provoqué une remontée de la nappe de prés de 1m. Le volume d’eau restitué est d’autant plus grand si l’écartement entre les drains est faible. Les fluctuations hebdomadaires de la surface piézométrique augmentent d’ampleur si la fréquence d’irrigation est faible. L’abattement des œufs d’helminthes est total alors que les coliformes fécaux présentent encore dans teneurs supérieurs à 10⁴ CF/l. l’effluent issu du système pilote est alors classé dans la catégorie B selon les directives de l’OMS (1989) pour l’agriculture non restrictive. L’effet de l’écartement des drains est mis en évidence sur la qualité physico-chimique de l’eau épurée et le temps de séjour dans le massif filtrant. L’effet de fréquence reste, cependant insuffisamment élucidé. Des essais de percolation au laboratoire en colonne de sol reconstitué montrent que l’essentiel de l’épuration s’effectue dans les premiers 20 cm du sol, et que la mauvaise répartition des effluents sur la plage d’infiltration entraine une dégradation de l’épuration physico-chimique et microbiologique. Le reste du profil peut améliorer l’abattement de certains éléments (NH4⁺, DCO,PT) ou retarder la migration d’autres (NO3⁻,PO4⁻⁻⁻) ; mais charge d’avantage l’eau épurée en éléments minéraux (CL⁻, Ca⁺⁺,SO4⁻⁻,HCO3⁻,….) . Le calcul des surfaces nécessaires pour traiter la totalité des débits produits est basé sur les résultats obtenus dans les conditions de l’expérience et sur la répartition géographique des débits d’effluent. Il a montré que l’on dispose bien des surfaces nécessaires et que le compartiment Ouest se prête mieux à la solution de sur-irrigation-drainage

Mots clés : Eaux usées ; Hydrogéologie ; Épuration

Présentation (Toubk@l)

Page publiée le 7 janvier 2014, mise à jour le 13 janvier 2018