Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Maroc → DES ou DESA → Contribution à la modélisation de la qualité des eaux de l’oued Oum Er Rabia

Université Cadi Ayyad Marrakech (1994)

Contribution à la modélisation de la qualité des eaux de l’oued Oum Er Rabia

Bensaid, Fatima Zahra

Titre : Contribution à la modélisation de la qualité des eaux de l’oued Oum Er Rabia

Auteur : Bensaid, Fatima Zahra

Université de soutenance : Université Cadi Ayyad, Faculté des Sciences - Semlalia, Marrakech

Grade : DES ou DESA 1994

Résumé
L’étude de la qualité des eaux de l’oued Oum Er Rabia est faite de l’amont de la rivière à la retenue Al Massira, afin de comprendre le fonctionnement de cet écosystème, perturbé par les effluents des agglomérations urbaines riveraines de l’oued et ceux des unités industrielles rejetant vers l’Oum Er Rabia, en l’occurrence les sucreries. Une synthèse des différentes campagnes de mesures réalisées in situ au niveau de l’Oum Er Rabia est faite, suivie par la réalisation de campagnes de mesures complémentaires sur la qualité des eaux de cette rivière. Différents modèles mathématiques simulant l’évolution de la qualité des eaux de ce fleuve sont développés. Ils ont permis d’apporter des éléments de réponse tant physiques que biologiques sur le comportement global de l’Oum Er Rabia vis-à-vis des agressions qu’il subit. La variation de la réponse du système Oum Er Rabia, face à la climatologie locale, à l’hydrologie de l’oued, et même à la variation du comportement diurne de cette rivière est quantifiée à l’aide des modèles. Il ressort, pour ce qui est des sucreries, que la SUTA de par sa proximité de l’oued et de l’importance des débits qu’elle rejette, est la sucrerie qui engendre la plus importante dégradation de la qualité des eaux de l’Oum Er Rabia : le rôle que jouent, les drains acheminant les rejets sucreries vers l’oued, dans la biodégradation de la matière organique rejetée, est mis en évidence. Pour ce qui est de la pollution urbaine, il est démontré comment deux villes de même importance peuvent avoir un impact différent sur la qualité des eaux d’une rivière. La ville de Kasba Tadla induisant des dégradations très importantes de la qualité de l’eau de l’Oum Er Rabia, plusieurs solutions visant à améliorer cet état sont alors testées au moyen d’un modèle lagrangien. Ces différents tests démontrent l’utilité d’un traitement, des eaux usées de la ville de Kasba Tadla par lagunage, à titre d’exemple, ainsi que la nécessité d’établir un débit sanitaire continue sur toute l’année d’une valeur minimale de 0,5m³/s entre le seuil de rétention de Kasba Tadla et l’amont de Kasba Zidania. Enfin l’attention est attirée sur la fragilité de l’équilibre écologique de la retenue Al Massira, qui suite aux rejets sur l’Oum Er Rabia, risque de voir sa cinétique d’eutrophisation dangereusement accélérée.

Mots clés : Eau ; Oum Er Rabia

Présentation (Toubk@l)

Page publiée le 7 janvier 2014, mise à jour le 12 janvier 2018