Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Maroc → Thèse soutenue → Etude de la variabilité génétique de la mouche de Hesse Mayetiola (Say) au Maroc - Lutte génétique

Université Chouaib Doukkali, El Jadida (2000)

Etude de la variabilité génétique de la mouche de Hesse Mayetiola (Say) au Maroc - Lutte génétique

Naber, Najat

Titre : Etude de la variabilité génétique de la mouche de Hesse Mayetiola (Say) au Maroc - Lutte génétique

Auteur : Naber, Najat

Université de soutenance : Université Chouaib Doukkali, Faculté des Sciences, El Jadida

Grade : Doctorat 2000

Résumé
La mouche de Hesse Mayetiola destructor (Say) est l’un des plus grands ravageurs des céréales. Le Maroc est l’un des pays les plus affectés. L’interaction entre l’insecte et son hôte s’est montrée très spécifique et est de type pour gène. La connaissance de la composition en biotype de la mouche de Hesse est devenue un élément capital dans la stratégie de déploiement des gènes de résistance. Trois objectifs ont été fixés dans cette étude : • L’étude de la composition en biotype de la mouche de Hesse au Maroc. • L’évaluation de la variabilité génétique de différentes populations marocaines et d’une population syrienne de l’insecte par une technique de biologie moléculaire la RAPD-PCR (Amplification aléatoire des fragments d’ADN). • La contribution au programme national de développement de la résistance génétique contre la mouche de Hesse au Maroc. + Concernant l’étude des biotypes de la mouche de Hesse, deux niveaux ont été abordés : 1- Au champ, l’évaluation de trois gènes (H13, H22, H5) de résistance dans cinq régions céréalières (Chaouia, Fès, Abda, Marchouch, Béni Mellal) au cours de deux saisons agricoles a montré que l’insecte présente une grande variabilité de la virulence à travers les différentes régions céréalières étudiées. 2- Au laboratoire l’analyse individuelle de la progéniture des femelles fécondées dans des conditions de température contrôlée nous a permis d’évaluer les fréquences réelles des biotypes virulents. Ces derniers sont largement plus faibles par rapport à celles relevées au champ. Toutefois le niveau de virulence des biotypes identifiés est non négligeable, ce qui les prédispose à une expansion rapide dans le champ. + L’évaluation de la variabilité génétique de la mouche de Hesse par la technique RAPD-PCR utilisée pour la première fois sur cet insecte a révélé un haut niveau de polymorphisme entre populations soit 82.8% de bandes polymorphes. Selon les dendrogrammes construits à partir des matrices des distances génétiques, les populations analysées semblent dériver de deux groupes fondateurs. Le 1er groupe fondateur qui comprend la population de Lattakia (Syrie) et le 2ème groupe fondateur comprenant toutes les autres populations du Maroc. La forte corrélation entre les distances génétiques et les distances géographiques, de même que l’analyse des dendrogrammes suggèrent que des dérivés du groupe fondateurs 1 se sont dispersés à partir de la Syrie vers d’autres régions du Maroc. + Notre contribution au programme de lutte contre la mouche de Hesse a consisté en : 1- L’étude de l’hérédité de la résistance des deux lignées de blé tendre 1.222 et 1.254 a montré que ces deux lignées sont résistantes par un seul gène qui est lié au gène H5. La lignée 1.222 étant plus productive que les variétés sensibles et la variété résistante Saâda a été cataloguée sous le nom de ‘’Arrihane’’ 2- L’identification de la source algérienne ADC14 a été faite à partir d’une collection de blé tendre composée de 150 populations locales obtenues de (ITGC) Algérie. Elle est la 1ère source de résistance à la mouche de Hesse d’origine Nord Africaine. Bien qu’elle soit modérément résistante, elle présente l’avantage de permettre la survie de larves vivantes sur les plantes résistantes et serait peu sélective de biotypes. L’étude de l’hérédité de cette lignée est en cours. 3- L’évaluation des lignées portant des gènes d’origine américaine (H14H15 , H21, H25, H26) a été réalisée dans cinq stations expérimentales (Sidi El Aidi, Jemâa Shaim, Tessaout, Douyet et Annonceur). Les lignées portant les gènes H14H15, H21, H25, H26 se sont montrées efficaces contre la mouche de Hesse au Maroc. Des efforts supplémentaires doivent être déployés dans l’évaluation de germplasme du nord Afrique et du sud d’Europe. De même, la purification et la multiplication des biotypes identifiés seraient d’un grand intérêt pour l’évaluation des sources de résistance nouvellement identifiées.

Mots clés : Mouche Hesse Mayetiola ; Maroc

Présentation (Toubk@l)

Page publiée le 9 janvier 2014, mise à jour le 11 janvier 2018