Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Maroc → Thèse soutenue → Haplodiploïdisation chez le blé dur par androgenèse après croisement interspécifique et par croisement intergénérique et tolérance à la salinité

Université Mohammed V - Agdal (2000)

Haplodiploïdisation chez le blé dur par androgenèse après croisement interspécifique et par croisement intergénérique et tolérance à la salinité

Cherkaoui, Souad

Titre : Haplodiploïdisation chez le blé dur par androgenèse après croisement interspécifique et par croisement intergénérique et tolérance à la salinité

Auteur : Cherkaoui, Souad

Université de soutenance : Université Mohammed V - Agdal, Faculté des Sciences, Rabat

Grade : Doctorat 2000

Résumé
La méthode d’androgenèse est pratiquée sur les descendants des croisements interspécifiques blé tendre x blé dur dans le but de surmonter le problème d’albinisme observé au niveau des régénérants androgénétiques du blé dur. L’obtention de plantes haploïdes chlorophylliennes pourrait s’expliquer par l’existence d’un effet positif du cytoplasme blé tendre, d’une action favorable du génome D et de celle de la translocation 1BL/1RS présente chez la variété de blé tendre Verry’s. Cependant, au cours des rétrocroisements, il y a une diminution de la capacité de régénération chlorophyllienne au profit de l’albinisme. Afin de remédier à ce problème, la méthode de croisement blé x maïs est utilisée. L’élimination rapide des chromosomes du maïs, permet la production d’haploïdes de blé dur et, contrairement à l’androgenèse toutes les plantes régénérées sont chlorophylliennes. Pour optimaliser les conditions de culture de cette technique, plusieurs facteurs sont étudiés et les résultats ont montré l’effet des génotypes parents et de certains facteurs physiologiques. Ainsi, la meilleure période de pollinisation se situe entre le mi- février et la fin- mars, un traitement hormonal au 2,4- D à 100 mg/1, 24h après la pollinisation est indispensable. L’âge optimal de prélèvement des embryons est de 14 jours après la pollinisation et l’expérience des épis coupés et trempés dans une solution contenant du 2,4-D a permis une amélioration significative des rendements. Au total, 57 plantes haploïdes chlorophylliennes sont régénérées. Après leur doublement chromosomique, une évaluation de la tolérance à la salinité est effectuée sur les haploïdes-doublés (HD) en comparaison avec les parents. Les tests de germination et de certains paramètres agronomiques montrent une supériorité des parents par rapport aux HD, cependant celle-ci n’est pas toujours statistiquement confirmée.

Mots clés : Haplodiploïdisation ; Croisement intergénérique ; Triticum

Présentation (Toubk@l)

Page publiée le 9 janvier 2014, mise à jour le 6 janvier 2018