Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Maroc → Thèse soutenue → La symbiose ectomycorhizienne des acacias australiens en Afrique de l’Ouest : impact sur le développement de la plante hôte et sur le biofonctionnement du sol

Université Moulay Ismail, Meknès (2001)

La symbiose ectomycorhizienne des acacias australiens en Afrique de l’Ouest : impact sur le développement de la plante hôte et sur le biofonctionnement du sol

Founoune, Hassna

Titre : La symbiose ectomycorhizienne des acacias australiens en Afrique de l’Ouest : impact sur le développement de la plante hôte et sur le biofonctionnement du sol

Auteur : Founoune, Hassna

Université de soutenance : Université Moulay Ismail, Faculté des sciences, Meknès

Grade : Doctorat 2001

Résumé
L’étude de l’association symbiotique entre différents isolats ectomycorhiziens des genres Pisolithus et Scleroderma avec des espèces d’Acacia australiens a permis de mettre en évidence des points suivants : (i) La symbiose ectomycorhiziens a stimulé de manière significative le développement de différents espèces d’Acacia (A. holosericea, A. mangium et A. auriculiformis). La dépendance mycorhizienne est fonction de l’espèce mais aussi de la provenance. (ii) L’établissement de cette symbiose s’accompagne généralement par un développement plus important de la symbiose rhizobienne. (iii) La présence de la symbiose endomycorhizienne n’a pas d’effet antagoniste vis-à-vis de la symbiose ectomycorhizienne. (iv) La présence des deux types de symbioses fongiques (endo et ectomycorhizienne) sur le même système, racinaire conduit à une synergie des deux effets sur la croissance de la plante hôte. (v) La microflore tellurique joue un rôle important dans l’établissement de la symbiose ectomycorhizienne. Certaines souches bactériennes appartenant au groupe des Pseudomonas fluorescents stimulent l’établissement de la symbiose fongique et peuvent être considérées comme des Bactéries Auxiliaires de la Mycorhization (BAM). Des hypothèses relatives aux voies d’action de ces bactéries ont été proposées, plus particulièrement au niveau de la croissance saprophytique du champignon ectomycorhizien. (vi) La symbiose ectomycorhizienne interagit avec le développement de la mésofaune dans le sol en modifiant la structure des communautés de nématodes libres et phytoparasites. (vii) Des expériences de mycorhization contrôlée ont été initiées dans le sud du bassin arachidier sénégalais. Les premiers résultats obtenus montrent que la mycorhization des plants en pépinière permet de réduire la crise de transplantation au champ ainsi que de promouvoir de manière significative le développement des plants dans un écosystème naturel.

Mots clés : Symbiose endomycorhizienne ; Symbiose rhizobienne ; Acacia australien ; Afrique de l’ouest ; Biofonctionnement du sol ; Pisolithus ; Scleroderma

Présentation (Toubk@l)

Page publiée le 10 janvier 2014, mise à jour le 9 janvier 2018