Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets 2006 → Dynamisation des filières agroalimentaires (Burkina Faso)

2006

Dynamisation des filières agroalimentaires (Burkina Faso)

Burkina Faso

Titre : Dynamisation des filières agroalimentaires (Burkina Faso)

Numéro de projet : A032501-001

Début — Fin : 2006-04-03 — 2014-03-31

Pays/Région : Burkina Faso

Agence d’exécution — Partenaire : Tecsult International Limitée

Description
Ce projet s’inscrit dans le cadre de la stratégie de réduction de la pauvreté et de la stratégie de développement rural du Burkina Faso. La finalité du projet est de contribuer, dans un esprit de partenariat, à réduire la pauvreté via le développement du potentiel productif (élevage et agriculture) du Burkina Faso. Suivant une approche stratégique par filière sur la base d’une logique commerciale, le but de l’intervention est de dynamiser trois (3) filières agro-alimentaires cibles (lait, banane et karité) destinées surtout au marché local mais aussi, suivant les filières, aux marchés sous-régional et international, afin d’augmenter les revenus des familles et d’accroître les opportunités d’emploi dans les milieux rural et urbain ciblés. Pour y parvenir, trois objectifs essentiels ont été dégagés : 1) la dynamisation des tables filières ; 2) la professionnalisation des services des organisations professionnels aux opérateurs ; et 3) l’innovation et l’accès aux marchés. Les principaux impacts de ce projet sont la diversification de la base productive du Burkina Faso ainsi que l’amélioration de sa compétitivité et de son bilan alimentaire.

Progrès et résultats obtenus
Parmi les résultats obtenus jusqu’à la fin du projet :
* 1) Le revenu annuel des producteurs de banane a augmenté à plus de 4 000 $ en moyenne, soit de 25 % par rapport à 2007. L’utilisation de plants sains dans les plantations a contribué à cette augmentation et aide à maintenir et accroître ce niveau de revenu à l’avenir. Le revenu annuel moyen des propriétaires de fermes laitières a augmenté à plus de 5 000 $ (65 %), à plus de 12 000 $ (37 %) pour les transformatrices de lait et à plus de 9 500 $ (36 %) pour les productrices de beurre de karité.
* 2) Au cours de la seule année 2012, les opérateurs économiques des maillons production, transformation et commerce participants au projet ont investi plus de 200 000 $ pour l’intégration de techniques innovatrices dans leurs entreprises, soit le double de l’investissement initialement prévu. Pendant la durée de l’intervention, des accompagnateurs nationaux formés par le projet ont dispensé de l’encadrement technique aux opérateurs économiques. Pour le seul thème de la gestion des entreprises agricoles, 487 opérateurs (dont 137 femmes) ont bénéficié de l’encadrement des accompagnateurs nationaux. Pour assurer la durabilité de ces services, des clubs d’encadrement technique ont été formés avec un soutien financier dégressif du projet permettant une prise en charge graduelle par les opérateurs.
* 3) Une stratégie nationale d’amélioration génétique a été mise en œuvre et une loi sur les organisations interprofessionnelles permettant l’encadrement des différents opérateurs au sein des filières a été élaborée et adoptée. Les filières agroalimentaires bénéficient maintenant d’un appui commun des Services techniques de l’État et des centres de recherche burkinabé.
* 4) Certains groupes de femmes ont particulièrement bien bénéficié des activités du projet. Par exemple, pour des femmes peules, la production de lait est passée d’une moyenne de 4 litres par jour à 20 litres par jour par productrice. Ce gain en production leur permet, entre autres, de s’offrir les services d’encadrement technique payants. Ces femmes ont aussi gagné un meilleur accès aux terres aux alentours d’Ouagadougou et se sont initiées avec succès à la culture fourragère.

Ces résultats ont contribué à dynamiser les filières agroalimentaires dans les régions du Centre, du Nord et des Hauts-Bassins et à améliorer leur environnement légal et réglementaire, ainsi qu’à accroître la productivité et les revenus des producteurs de manière équitable et durable.

Contribution maximale de l’ACDI : 9 300 000 $

Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada

Banque de projets (Canada)

Page publiée le 3 mars 2014, mise à jour le 10 août 2022