Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets 2007 → Gestion efficace des zones humides méditerranéennes

2007

Gestion efficace des zones humides méditerranéennes

Méditerranée

Gestion efficace des zones humides méditerranéennes

Numéro de projet : Z020803-002

Début — Fin : 2007-05-10 — 2012-06-29

Pays/Région : Tunisie : 33.34 % ; Jordanie : 33.33 % ; Maroc : 33.33 %

Agence d’exécution — Partenaire : Wetlands International

Description

Le but du projet de Gestion efficace des zones humides méditerranéennes est de renforcer les capacités de la société civile à dialoguer avec les gouvernements pour une gestion plus efficace des zones humides. En promouvant l’inclusion de la société civile, le project vise à diminuer de possibles tensions et à assurer que l’opinion des populations vivant des ressources des zones humides, qui sont souvent les plus pauvres, est pris en compte.

La région méditerranéenne du sud et de l’est est l’une des régions du monde la moins nantie en eau. La consommation annuelle d’eau surpasse les ressources renouvelables. Les zones humides qui font partie de ces ressources ont été saccagées au cours du dernier siècle, dû à un manque de reconnaissance de leur utilité et de leurs richesses. Les communautés pauvres représentent une partie importante des populations vivant près des zones humides et sont souvent à la marge des processus décisionnels et de la planification des ressources.

Progrès et résultats obtenus

Parmi les résultats obtenus jusqu’à la fin du projet (juin 2012) : La production d’un plan de gestion intégrée et d’un plan stratégique de gestion des eaux locales de 2012-2016 pour la réserve naturelle de Mujib en Jordanie. Au Maroc, un réseau d’organisations de la société civile, appelé la plateforme verte, a été mis sur pied et a conçu un protocole de surveillance de l’état écologique de l’eau dans le bassin du fleuve Sebou, en collaboration avec l’Agence du bassin hydrographique du Sebou. Ce protocole sera intégré au programme de surveillance de ce bassin. En Tunisie, un outil décisionnel pour optimiser l’allocation des ressources en eau du lac Ichkeul entre les différents utilisateurs, comme les zones urbaines et agricoles du pays, a été élaboré de concert avec les intervenants de la société civile et présenté aux décideurs en vue de son adoption. Il est prévu de mettre en œuvre, dans la région méditerranéenne, les conclusions du projet, qui ont été communiquées sur la scène régionale et internationale.

Contribution maximale de l’ACDI : 1 709 306 $

Lien vers : Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada

Page publiée le 5 mars 2014