Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → ONG/NGO Coopération décentralisée → Burkina Faso → Elevage de l’autruche à cou rouge en vue de sa réintégration dans les aires protégées du pays (Burkina Faso)

2009

Elevage de l’autruche à cou rouge en vue de sa réintégration dans les aires protégées du pays (Burkina Faso)

Burkina Faso

Fonds Français pour l’environnement Mondial (FFEM)

Titre : Elevage de l’autruche à cou rouge en vue de sa réintégration dans les aires protégées du pays (Burkina Faso)

En 2006, le FFEM a mis au point un Programme « Petites Initiatives » afin de soutenir les ONG du Sud à mettre en oeuvre des projets de protection de la biodiversité et de développement local

Pays de réalisation : Burkina Faso

Porteur du projet : Ferme de Développement de Wédbila

Date d’octroi du financement : phase 2 (2009-2011)

Contexte
La sauvegarde de l’autruche à cou rouge, la souche Ouest Africaine, qui, aujourd’hui, est essentiellement limitée à quelques petits noyaux d’oiseaux en liberté au Mali et Niger (Mauritanie, Sénégal ?), à quelques oiseaux dans les zoos Européens et Américains et dans quelques élevages au Niger. Sa sauvegarde est importante sur le plan de la conservation de la biodiversité, mais aussi elle peut contribuer au développement des activités économiques en milieux ruraux les plus désavantagés du pays, à travers l’élevage et à travers la hausse de l’attrait touristique des aires protégées. Cela est déjà attendu à un site dans l’Oudalan (extrême nord du pays), où les populations semi-nomades ont désigné leur site de réintroduction vers laquelle elles conduiront des safaris touristiques à chameau. Dans la zone de Gabio, les promoteurs des zones fauniques communautaires souhaitent réintroduire l’autruche anciennement connue sous le nom de « Tata ».

Objectifs
Le projet veut contribuer à la sauvegarde de la souche Ouest Africaine de l’autruche, l’autruche à cou rouge, disparue du Burkina Faso il y a 20 ans, à travers : * La sauvegarde de l’autruche à cou rouge et sa réintroduction au Burkina Faso Ouest Africaine ; * La valorisation écotouristique des aires ciblées pour la réintroduction, qui verront accroître l’attrait * ouristique de leurs sites, y compris les zones villageoises ;
- La création de revenus pour les futurs éleveurs d’autruches, qui pourront offrir des sujets d’une valeur plus élevée que l’autruche domestique, ainsi que pour les populations riveraines des aires de réintroduction.

Montant global du projet : 95.794 €
Financement FFEM : 50.00 €

Présentation : UICN

Page publiée le 22 mars 2014, mise à jour le 17 mai 2020