Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → ONG/NGO Coopération décentralisée → Burkina Faso → Renforcement de l’accès à une eau potable de qualité et amélioration des conditions sanitaires dans la Province de l’Oubritenga

2011

Renforcement de l’accès à une eau potable de qualité et amélioration des conditions sanitaires dans la Province de l’Oubritenga

Burkina Faso

Fonds Français pour l’environnement Mondial (FFEM)

Titre : Renforcement de l’accès à une eau potable de qualité et amélioration des conditions sanitaires dans la Province de l’Oubritenga

En 2006, le FFEM a mis au point un Programme « Petites Initiatives » afin de soutenir les ONG du Sud à mettre en oeuvre des projets de protection de la biodiversité et de développement local

Pays de réalisation : Burkina Faso

Porteur du projet : New Tree

Date d’octroi du financement : 20 février 2011

Contexte
Le projet couvre cinq villages sur trois communes rurales et va permettre à dix familles paysannes de mettre en défens 3ha de leurs terres. Les parcelles choisies seront clôturées et une AGR sera pratiquée telle que l’agriculture ou la production fourragère sur une petite portion de la zone mise en défens. Le projet met l’accent sur le foncier en sécurisant les parcelles régénérées grâce à des procès verbaux établis selon le droit coutumier et le droit administratif. Grâce au projet, parmi les bénéficiaires, les femmes, qui n’ont pas droit à la possession de terres, pourront avoir une parcelle à valoriser. Le succès de la méthode New Tree entraîne une forte demande paysanne que l’ONG peine à satisfaire. Aujourd’hui ce sont 140 partenaires paysans qui ont pu bénéficier d’un soutien. L’accès à un financement REDD+ permettrait d’assurer un financement des activités sur le long terme et de pérenniser les acquis.

Objectifs
Le projet a pour objectif :
1. Une meilleure valorisation économique et une exploitation durable de 22 forêts communautaires sur 110.000 ha. Régénérer 30 ha de terres dégradées dans 5 villages du plateau central du Burkina Faso avec une clôture solide (RNA) ;
2. Valoriser les sites protégés à travers les activités génératrices de revenus (AGR) ;
3. Renforcer les capacités des paysans afin qu’ils puissent poursuivre les activités après le projet ;
4. Contribuer aux efforts de lutte contre le réchauffement du climat mondial à travers l’absorption de CO2 par les arbres.

Montant global du projet : 90.075 €

Financement FFEM : 43.100 €

Présentation : FFEM

Page publiée le 22 mars 2014, mise à jour le 17 avril 2018