Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2004 → Caractérisation hydrochimique et isotopique des eaux du système aquifère de bassin de Zeroud (plaine de Kairouan, Tunisie centrale)

Université de Paris-Sud (2004)

Caractérisation hydrochimique et isotopique des eaux du système aquifère de bassin de Zeroud (plaine de Kairouan, Tunisie centrale)

Jeribi Leila

Titre : Caractérisation hydrochimique et isotopique des eaux du système aquifère de bassin de Zeroud (plaine de Kairouan, Tunisie centrale)

Hydrochemical and isotopic caracterisation of the aquifer water system in the Zeroud basin (Kairouan plain, central Tunisia)

Auteur : Leila Jeribi

Université de soutenance (co-tutelle) : Université de Paris-Sud. Faculté des Sciences d’Orsay (Essonne). / Université de Tunis El-Manar. Faculté des Sciences de Tunis (Tunisie).

Grade : Doctorat : Terre, Océan, Espace. Géologie : Paris 11 : 2004

Résumé
Le bassin hydrogéologique du Zeroud est un bassin endoréique qui appartient au domaine du Sahel, séparé du domaine atlasique par le linéament tectonique de direction nord-sud. Il est régie par un climat semi-aride et est caractérisé par un réseau de surface assez développé, dominé par l’oued Zeroud. Le système aquifère multicouche du bassin du Zeroud est caractérisé par la complexité de son hydrodynamisme lié à deux facteurs naturel (structure) et anthropique (aménagement de l’oued Zeroud). Cette étude repose sur l’analyse chimique (majeurs) et isotopique (18O, 2H, 3H, 13C, 14C) des eaux souterraines (mio-plio-quaternaire), des eaux des précipitations et des eaux des réservoirs de surface. Les données hydrochimique et isotopique ont permis de mettre en évidence deux sens d’écoulement souterrain : Ouest-Est (proposé par l’hydrogéologie) et du lit mineur de l’oued Zeroud en direction sud et nord. Le lit de l’oued Zeroud constitue par conséquent un grand axe de recharge du système aquifère. Pour les aquifères profonds, sa contribution à la recharge est limitée à la partie amont. La nappe superficielle profite cependant, des apports de l’oued Zeroud tout le long de son lit, des écoulements de l’oued El Mansoura et de l’infiltration des pluies locales sur toute l’étendue de la plaine et aux piedmont des reliefs de bordure. Les datations des eaux souterraines par le radiocarbone indiquent des temps de résidence variants, dans l’ensemble du système, de l’Actuel à des âges supérieurs à 35 ka B. P.. La recharge des réserves profondes a été effectuée principalement au cours des phases humides de l’Holocène et du Pléistocène tardif. Des mélanges entre des masses d’eau récente et ancienne et une stratification verticale des eaux sont mis en évidence. La vitesse de transit des eaux profondes, estimée à partir des âges carbone-14, varie entre 1 et 45 m/an. L’hétérogénéité des données géochimiques et isotopiques dans les eaux profondes témoigne de la présence d’au moins trois niveaux aquifères dans le système profond. Un aquifère "confiné", de type chloruré-sodique, de qualité meilleure exploitée dans la partie sud du bassin du Zeroud est mis en évidence. La dissolution des minéraux évaporitiques et carbonates constitue le processus dominant dans l’acquisition de la minéralisation. Les eaux de l’oued Zeroud contribuent également à la salinisation des eaux exploitées aux environs de son lit

Mots clés : Zone semi-aride - Eaux souterraines - Hydrochimie - Isotopes naturels

Présentation : SUDOC-ABES

Page publiée le 1er mars 2006, mise à jour le 12 janvier 2018