Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Maroc → Thèse soutenue → Contribution à la connaissance des aquifères karstiques : Cas du Lias de la plaine du Sais et du Causse moyen atlasique tabulaire (Maroc)

Université Hassan II Aïn Chock (2005)

Contribution à la connaissance des aquifères karstiques : Cas du Lias de la plaine du Sais et du Causse moyen atlasique tabulaire (Maroc)

Amraoui Fouad

Titre : Contribution à la connaissance des aquifères karstiques : Cas du Lias de la plaine du Sais et du Causse moyen atlasique tabulaire (Maroc)

Auteur : Amraoui Fouad

Université de soutenance : Université Hassan II Aïn Chock

Grade : Docteur es Sciences en Géologie Appliquée 2005

Résumé
Ce travail de recherche en hydrogéologie rentre dans le thème fédérateur « fonctionnement des aquifères atlasiques et leur relation avec ceux des plaines adjacentes », traité par différents auteurs dans des contextes géographiques variés. L’aquifère profond liasique du Moyen Atlas tabulaire et de la plaine du Saïs recèle des ressources en eau importantes, très sollicitées notamment pour l’alimentation en eau potable et pour l’irrigation. La sécheresse qui perdure depuis plus de deux décennies a eu des répercutions négatives sur cette ressource, d’où l’intérêt d’une bonne connaissance du fonctionnement de ces aquifères régionaux et le recours à une gestion appropriée. La méthodologie appliquée à l’étude de cet aquifère s’articule sur celle employée aux systèmes karstiques à travers le monde. Le travail de recherche décrit le site d’étude sur les plans topographique, géomorphologique, climatique et hydrologique. Les différentes formations géologiques constituant la région sont analysées et l’aquifère étudié est situé dans son contexte lithologique et structural régional. Les données géophysiques sont dépouillées pour approcher la structure du réservoir. L’essentiel des données acquises durant plusieurs décennies concernant l’aquifère liasique, a été regroupé dans un système d’information géographique, qui est un véritable outil d’aide à la prise de décision. L’exploitation du SIG du Saïs en mode vecteur par le logiciel MapInfo, a permis d’élaborer un certain nombre de cartes, soit structurales, soit hydrodynamiques. Ces documents cartographiques ont permis de préciser la géométrie de l’aquifère et les modalités de l’écoulement. L’essai de bilan tenté pour l’année 2002 a montré un fort déficit de l’ordre de 87 Mm3/an, dû à l’effet conjugué de la surexploitation et de la sécheresse. L’étude des principales sources par les différentes méthodes du traitement du signal (débits classés, récession et analyses corrélatoires et spectrales), a permis une meilleure compréhension du fonctionnement hydrodynamique de l’aquifère karstique du Lias. Les résultats de l’étude a montré que ce système hydrogéologique est très capacitif : stockage important, débit régulé et soutenu durant toute l’année, écoulement relativement lent et karstification peu développée. Malgré la grande capacité de réserve de cet aquifère, le débit à l’exutoire marque une tendance régulière et significative à la baisse due à une réduction de l’alimentation. Le phénomène d’apparition des troubles au niveau des sources lors des grandes averses a été étudié. Cette turbidité serait liée aux conditions hydrodynamiques dans le karst. Une origine interne proviendrait des écoulements rapides ayant lieu dans les conduits karstiques transmissifs, et une origine externe proviendrait de l’infiltration d’eaux chargées d’argiles rouges lessivées à la surface des bassins. La caractérisation hydrochimique et isotopique des eaux de l’aquifère liasique conforte les résultats précédents, et témoigne de la complexité structurale du magasin karstique.

Mots clés : Maroc, Moyen Atlas tabulaire, Causse, Plaine du Saïs, Karst, Lias, Sources, Système d’Information Géographique, Turbidité, Géométrie du réservoir, Hydrochimie, Géophysique, Hydrologie, Hydrodynamique

Version intégrale (CNFSH)

Page publiée le 10 avril 2014, mise à jour le 3 janvier 2018