Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Maroc → Thèse soutenue → Hydrogéologie et cartographie de la vulnérabilité et de risque de contamination du système aquifère de Charf El Akab ( Province de Tanger-Maroc )

Université de Tétouan (2013)

Hydrogéologie et cartographie de la vulnérabilité et de risque de contamination du système aquifère de Charf El Akab ( Province de Tanger-Maroc )

Achagra Laïla

Titre : Hydrogéologie et cartographie de la vulnérabilité et de risque de contamination du système aquifère de Charf El Akab ( Province de Tanger-Maroc )

Auteur : Achagra Laïla

Université de soutenance : Université de Tétouan

Grade : Doctorat 2013

Résumé partiel
Ce travail fait état de l’évaluation de la vulnérabilité à la pollution e l’aquifère de Charf El Akab. C’est un bassin post nappes, d’une superficie d’environ 17 km² ; situé au Nord-Ouest du Maroc à 20 Km au Sud-Ouest de la ville de Tanger. Le système aquifère de Charf El Akab est constitué de trois formations détritiques déposées dans une dépression creusée dans des assises marneuses rapportées à l’unité de Tanger. Ce sont : La formation supérieure, la formation intermédiaire et la formation inférieure. La formation inférieure est la seule exploitable de cet aquifère. Par conséquent sa protection contre toute source de pollution s’avère de première priorité ; d’où la nécessité d’évaluer et de cartographier sa vulnérabilité à la pollution. Pour ce faire, deux méthodes, DRASTIC et GOD, ont été utilisées. Ce choix se justifie par leur complémentarité (c’est-à-dire qu’on trouve des paramètres communs pour les deux méthodes et des paramètres propres à chaque méthode). L’application de la méthode DRASTIC pour la caractérisation et la cartographie de la vulnérabilité à la pollution pour une année Hydrologique moyenne (2001-2002), a fait ressortir des zones de haute vulnérabilité dans la partie sud et sud-est (zone libre de la formation inférieure) de l’aquifère ; l’indice de vulnérabilité devient très élevé dans les sites des carrières d’exploitation des biocalcarénites. En revanche la partie nord de l’aquifère montre une vulnérabilité modérée voire faible au niveau de la Daya Daydat. Pour la méthode GOD la carte de vulnérabilité obtenue, fait preuve d’une sous estimation du degré de vulnérabilité de la nappe à la pollution. Ce degré est faible dans la moitié nord de l’aquifère, modéré dans la moitié sud, et juste élevé dans la zone des carrières ; ceci est probablement du au fait que cette méthode néglige le rôle atténuant du paramètre sol, lequel, dans le cadre de la méthode DRASTIC joue prépondérant avec la nature de la zone non saturée ainsi que la profondeur à la nappe. Une comparaison des résultats obtenus par chacune des deux méthodes a été établie, celle qui sera retenue ici est la méthode DRASTIC. La carte qui en résulte servira pour établir une carte de risque à la pollution. La carte de danger établie à partir de la carte des activités anthropiques sur le territoire étudié, montre que la classe de très faible danger de contamination est la plus représentée sur le territoire, elle correspond à environ les 2/3 de la superficie du territoire. La classe de faible danger de contamination, occupe presque le 1/3 de la superficie de l’aquifère. En revanche la classe modérée de danger de contamination, est la classe la moins représentée, cette classe se rapporte à la zone résidentielle du village de Dahidhat, qui est dépourvu d’un réseau d’assainissement adéquat. L’évaluation du degré de danger de contamination pour chaque type d’activité anthropique et l’élaboration de la carte correspondante, nous offre la possibilité de cartographier le risque de contamination des eaux souterraines de la nappe inférieure de Charf El Akab ; et ce, en procédant à la superposition de ladite carte (carte de danger) et celle de vulnérabilité intrinsèque obtenue par la méthode DRASTIC. La carte de risque montre que la classe faible couvre plus que la moitié de la superficie totale de l’aquifère. Elle domine largement la zone nord de l’aquifère, où elle coïncide avec une vulnérabilité faible à moyenne, et un degré de danger très faible voire faible par endroits.

Présentation (Toubkal)

Page publiée le 16 avril 2014, mise à jour le 16 février 2019