Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2014 → Adaptations physiologiques du poulet de chair élevé en ambiances chaudes et résistance aux chocs thermiques

Université Abdelhamid Ibn Badis de Mostaganem (2014)

Adaptations physiologiques du poulet de chair élevé en ambiances chaudes et résistance aux chocs thermiques

ATTOU Sahnoun

Titre : Adaptations physiologiques du poulet de chair élevé en ambiances chaudes et résistance aux chocs thermiques

Auteur : ATTOU Sahnoun

Université de soutenance : Université Abdelhamid Ibn Badis de Mostaganem

Grade : Doctorat 2014

Résumé
La présente étude est réalisée pour évaluer les effets d’une exposition précoce et chronique des poulets à une température caniculaire sur les performances de croissance, les paramètres de carcasse, le dépôt et la composition en acides gras des lipides sous cutanés (LSC), les paramètres plasmatiques et les concentrations hormonales. Trois cent poussins mâles d’un jour de souche Hubbard sont élevés pendant 50 jours. Ils sont répartis en trois groupes de cent. Les ambiances thermiques chroniques sont appliquées à partir du 8ème jour d’élevage à savoir une thermoneutralité (TN:25±2°C) pour le premier groupe, une température estivale modérée (TM:32±2°C) pour le deuxième et une température estivale caniculaire (TC:37±2°C) pour le troisième. Les taux de mortalité, après un choc thermique de 7 heures à 40±1°C, sont déterminés au 51ème jour selon 2 approches d’adaptation différentes (1ère approche : exposition chronique et précoce des poulets ou 2ème approche : exposition précoce des poussins de 3 ou 5 jours à 39°C/24 heures). Les résultats obtenus se résument comme suit : 1-A partir de 40 jour d’âge, une baisse de 37g/j de l’ingéré (Ing) liée surtout à la TC est observée. 2-Une supériorité des poids vifs (PV) des poulets TN est enregistrée à partir du 40ème jour. 3- Par rapport au début d’élevage, une amélioration du gain de poids quotidien (GPQ) est enregistrée chez les poulets TC en fin d’élevage. 4-Comparativement aux autres températures, les indices de consommation (IC) des poulets TC sont significativement meilleurs à partir de 40 jours d’âge. 5- En fin d’élevage, des rendements de carcasses (CE/PV) comparables sont enregistrés chez les poulets TN et TC. 6-En fin d’élevage, une baisse du poids du muscle pectoral (MP) liée à la TC est observée (–17 et –20% par rapport aux TM et TN respectivement). 7- Un dépôt de lipides sous cutanés (LSC) plus élevé se manifeste chez les poulets TC surtout en fin d’élevage atteignant 105g/Poulet ; ceci s’est traduit par un LSC/CE plus élevé chez les poulets TC surtout en fin d’élevage (+7.3% par rapport à la TN). 8-Inversement, le poids du gras abdominal (GA) est plus élevé chez les poulets TN à partir de 32 jours d’âge. 9- Comparativement aux poulets TN, une augmentation de la proportion des acides gras saturés (AGS) et poly insaturés (AGPI) des LSC est obtenue chez les poulets TC de 50 jours. Aucun effet température sur la proportion des acides gras mono insaturés (AGMI) des LSC n’a été mis en évidence. Enfin, la TC a entrainé une baisse significative du rapport AGI/AGS des LSC reflétant un degré de saturation des LSC plus important chez les carcasses des poulets TC. 10- Une augmentation de l’aldostéronémie et de l’ACTH et une baisse des hormones thyroïdiennes et de l’insuline chez les poulets TC sont à signaler surtout durant la croissance. 11-Ces résultats ont permis de constater que les poulets peuvent tolérer des températures précoces et chroniques plus élevées (37°c) puisque un meilleur taux de mortalité est enregistré, après un choc thermique (40±1°C), avec la 1ère approche d’adaptation.

Mots clés : Poulet, chaleur, croissance, lipides sous cutanés, acides gras, paramètres sanguins, hormones et mortalité.

Présentation

Version intégrale (0,53 Mb)

Page publiée le 23 avril 2014, mise à jour le 6 septembre 2019