Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2013 → TRANSFERTS ET GEOCHIMIE DE L’AZOTE, DU PHOSPHORE ET DU SILICIUM DES BASSINS DES OUEDS KEBIR-RHUMEL, KEBIR OUEST ET SAF-SAF AU LITTORAL

Université Badji Moktar de Annaba (UBMA) 2013

TRANSFERTS ET GEOCHIMIE DE L’AZOTE, DU PHOSPHORE ET DU SILICIUM DES BASSINS DES OUEDS KEBIR-RHUMEL, KEBIR OUEST ET SAF-SAF AU LITTORAL

BOUCHAREB Noureddine

Titre : TRANSFERTS ET GEOCHIMIE DE L’AZOTE, DU PHOSPHORE ET DU SILICIUM DES BASSINS DES OUEDS KEBIR-RHUMEL, KEBIR OUEST ET SAF-SAF AU LITTORAL

Auteur : BOUCHAREB Noureddine

Université de soutenance : Université Badji Moktar de Annaba (UBMA)

Grade : Doctorat 2013

Résumé
La distribution et les flux de nutriments entrant et sortant des barrages et à l’embouchure de trois rivières côtières (Kebir-Rhumel, Kebir Ouest et Saf-Saf) ont été évalués durant un cycle annuel à partir de trois stations aux embouchures et de deux stations représentant l’amont et l’aval de chacun des trois barrages (Beni-Haroun, Zit-Amba et Zerdaza). Les rivières se caractérisent principalement par des fortes teneurs en NH4 et en PO4, même avant d’aboutir aux barrages, à la différence de SiO4 dont la teneur est déjà réduite en amont. A partir du flux minéral reçu à l’amont, les barrages retiennent annuellement 42 à 93 %, selon l’élément, mais libèrent à leurs avals des eaux fortement chargées en matières organiques dissoutes (NOD, POD). A l’échelle du bassin versant, les flux spécifiques de l’azote dissous atteignent 338 kg/km2/an, au sein duquel la fraction organique représente jusqu’à 34 %, cependant que celui du phosphore dissous n’excède pas 172 kg/km2/an, avec une dominance de la fraction organique. Aux embouchures, Si/N diminue, mais N/P s’accroît, indiquant d’importants apports en N relativement au P dans le bas des bassins. Les rivières introduisent à la mer d’importantes masses de sédiments en suspension correspondant à un taux d’érosion des sols de bassins de 64 à 374 kg/km²/an. Les apports à la mer de sels (TDS) à travers les embouchures des rivières s’élèvent à 12 000 et 70 000 t/an induisant une perte en sels des sols des bassins atteignant 9 et 40 t/km²/an. On considère ainsi que l’ensemble des bassins est fortement anthropisé à plusieurs titres : fortes teneurs en NH4, PO4, réduction des teneurs en SiO4, déséquilibre des rapports Si/N/P, faibles débits à l’aval des barrages, fortes érosions des sols, salinisation des barrages et des sols des bassins, faibles apports en nutriments à la mer. Ces modifications multiples auront de sévères impacts sur fonctionnement et la productivité de l’ensemble du système continent-mer.

Mots clés : Rivière, bassin versant, barrage, azote, phosphore, silicium, flux, biogéochimie, littoral

Version intégrale (Bibliothèque UBMA)

Page publiée le 24 avril 2014, mise à jour le 7 octobre 2018