Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2008 → Vulnérabilité à la pollution, protection des ressources en eaux et gestion active du sous système aquifère de Tébessa Hammamet (Est Algérien)

Université Badji Moktar de Annaba (UBMA) 2008

Vulnérabilité à la pollution, protection des ressources en eaux et gestion active du sous système aquifère de Tébessa Hammamet (Est Algérien)

SEGHIR KARIMA

Titre : Vulnérabilité à la pollution, protection des ressources en eaux et gestion active du sous système aquifère de Tébessa Hammamet (Est Algérien)

Auteur : SEGHIR KARIMA

Université de soutenance : Université Badji Moktar de Annaba (UBMA)

Grade : Doctorat 2008

Résumé
La région de Tébessa a connu au cours des dernières années (1980/2000) une sécheresse très intense, qui s’est traduite par : un rabattement général du niveau statique des nappes, un assèchement des puits de faible profondeur, et un dénoyage des équipements de pompage entraînant une réduction des débits d’exhaure et un tarissement des sources. Des répercussions quantitatives et qualitatives sur les eaux souterraines de la région ont été observées. L’étude hydrogéochimique de l’eau ainsi que l’évolution de sa qualité dans le temps et dans l’espace s’avère très utile, surtout quand il s’agit d’une eau destinée à l’Alimentation en Eau Potable (AEP) des citoyens, dans une région souffrant de problèmes de pollution et de dégradation de la qualité de l’eau. Quatre campagnes d’échantillonnage d’eau et des mesures piézométriques ont été réalisées pendant les périodes de Hautes et Basses Eaux des années 2005, 2006. Il a été constaté que la salinité est de l’ordre de 4 g/l, et que la conductivité électrique varie entre 997 et 9120 µS/cm dans les puits et entre 468 et 2500 µS/cm dans les forages. Nous avons essayé d’analyser le comportement chimique et géochimique des eaux de la nappe avec l’application de plusieurs méthodes d’investigation. Les résultats obtenus montrent que l’origine de la salinité des eaux est liée à la dissolution des formations géologiques ainsi qu’aux effets de pollution anthropique de surface. Devant la gravité de cette situation, qui intervient dans un temps où les besoins en eau sont en augmentation continue, il est important de mettre en place une politique, qui permettrait de protéger et d’accroître nos ressources en eau. Cette stratégie, doit reposer sur la protection et la meilleure gestion des ressources existantes d’une part, et sur l’étude de la possibilité de les recharger artificiellement par les eaux de surface, qui circulent dans les oueds pendant les périodes des crues et des pluies orageuses, d’autre part. L’établissement de la carte d’indice de contamination, nous a permet de constater qu’il y a trois zones distinctes de point de vue de leur vulnérabilité à la pollution, ce sont : zone de faible indice de contamination qui caractérise la zone de Hammamet, dans la partie ouest de la ville de Tébessa. Zone de moyenne indice de contamination, elle caractérise la zone de Ain chabro, dans la partie centrale de la plaine de Tébessa ; et la zone de fort indice de contamination, qui caractérise la partie Est de la plaine de Tébessa. Cela montre bien que cette partie de la plaine est très vulnérable à la pollution. Elle nécessite donc des mesures de protections très rapides. La réalimentation artificielle des nappes souterraines, consiste à introduire de l’eau dans une formation perméable, par l’intermédiaire d’un dispositif aménagé à cet effet. Cette technique a donné des résultats positifs et très encourageants dans différents pays dans le monde. Pour le cas particulier de la wilaya de Tébessa, nous avons proposé une technique basée essentiellement sur l’augmentation de l’infiltration efficace du sol, du site en question, par des bassins d’infiltrations et des galeries verticales de profondeur 30 m remplies par des graviers (∅ 2-5 mm).

Mots clés : protection des ressources ; système aquifère de Tébessa

Catalogue Collectif Algérie

Version intégrale

Page publiée le 26 avril 2014, mise à jour le 24 octobre 2018