Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2008 → Pollution minérale et organique des eaux de la nappe superficielle de la cuvette de Ouargla (Sahara septentrional, Algérie)

Université Badji Moktar de Annaba (UBMA) 2008

Pollution minérale et organique des eaux de la nappe superficielle de la cuvette de Ouargla (Sahara septentrional, Algérie)

DJIDEL Mohamed

Titre : Pollution minérale et organique des eaux de la nappe superficielle de la cuvette de Ouargla (Sahara septentrional, Algérie)

Auteur : DJIDEL Mohamed

Université de soutenance : Université Badji Moktar de Annaba (UBMA)

Grade : Doctorat 2008

Résumé
La plupart des régions nord africaines se caractérisent par des zones arides et semi-arides. En Algérie, la zone aride représente prés de 90% de la superficie globale dont 80% est hyperaride. L’approvisionnement en eau potable et sa gestion sont devenus une tâche difficile à satisfaire. L’action sur les ressources souterraines ne cesse de s’accroître, où on assiste à une surexploitation des nappes profondes. Ceci est accompagné par un rejet important d’eaux usées brutes dans le milieu naturel endoréique, provoquant la remontée des eaux. Il en résulte de cette situation une pollution sévère des eaux destinées aux différentes utilisations. C’est dans ce contexte que s’inscrit la présente étude, sur la région de Ouargla (Sahara septentrional, algérien) faisant état de la contamination de la nappe superficielle par les polluants anthropiques anarchiques et naturelles. Par sa géomorphologie (cuvette), son climat hyperaride et la présence de chotts, la région est soumise à un degré de vulnérabilité assez important, encouragé par les rejets des eaux usées (domestique et d’irrigation). Ces facteurs exposent les eaux de la nappe superficielle à une pollution sévère. Afin d’évaluer cette pollution, un suivi régulier de la qualité des eaux de la nappe superficielle et des eaux de surface, a été réalisé sur deux périodes (février et juin 2007). La représentation graphique spatio-temporelle, les influences des différents facteurs (climatiques, de surface, de la profondeur et lithologique) et les calculs des indices (de pollutions, calcocarbonique et de corrosivité) des données des analyses physico-chimique et organique, a permis d’identifier la qualité des eaux. La complémentarité des résultats montrent que les eaux de la nappe superficielles sont non potables pour la consommation humaine, un risque sévère pour l’irrigation, menaçant les plantes et le sol ainsi qu’elles sont incrustantes en montrant une nette tendance à la corrosion vis-à-vis des métaux. La situation impose des solutions envisageables dans ce sens, d’une part, une élimination de toutes sources de pollution dans un tel milieu (endoréique et perméable), d’autre part, un dessalement par le procédé membranaire, appliquant le principe de l’osmose inverse.

Mots clés : Indices de pollution, Biodégradabilité, Eutrophisation, Hyperaride, indices calcocarbonique, indices de corrosivité, Sahara, Ouargla

Catalogue Collectif Algérie

Version intégrale (Université)

Page publiée le 27 avril 2014, mise à jour le 24 octobre 2018