Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2013 → Etude du système lézards-parasites-agents pathogènes en Algérie

Université Badji Moktar de Annaba (UBMA) 2013

Etude du système lézards-parasites-agents pathogènes en Algérie

SOUALAH-ALILA Hana

Titre : Etude du système lézards-parasites-agents pathogènes en Algérie

Auteur : SOUALAH-ALILA Hana

Université de soutenance : Université Badji Moktar de Annaba (UBMA)

Grade : Doctorat 2013

Résumé partiel
Actuellement, les maladies émergentes semble poser une nouvelle problématique de santé publique dans les espaces fortement urbanisés, et ce, en raison d’une forte concentration humaine et de la capacité polarisante des grands massifs forestiers. Cette crainte d’une augmentation du risque, qui est en cours d’évaluation, est exprimée de façon importante dans le monde, et en particulier autour des forêts. Ainsi la mise en évidence de contacts entre les itinéraires de déplacement des usagers en forêt et les espaces et environnements dits à « risque » constitue de fait une voie privilégiée. L’intérêt de cette étude est -de spatialiser ce contact et de réfléchir à comment minimiser le risque sur la santé animale et humaine. Notre travail porte sur l’étude du système Lézards-Parasites-Agents pathogènes pendant trois ans de 2009 à 2011. Nous avons porté notre choix sur des régions situées à l’Est du pays reparti selon deux gradients : - Latitude : Zone humide : (P.N.E.K, Annaba), Zone Sub-Aride : Biskra, Zone Aride : El Oued, Ouargla. - Altitude dans la région du Nord : P.N.E.K (Brabtia, Boumalek, El Ghorra) et Annaba (le massif de seraidi). Six (06) espèces de Lacertidae (Acanthodactylus erythrurus belli,Psammodromus algirus algirus, lacerta pater, Podarcis hispanica vaucheri, Acanthodactylus boskianus ,Acanthodactylus dumerili) et trois (03) espèces de Gekkonidae (Tarentola mauritanica mauritanica, Tarentola neglecta et Hemidactylus turcicus turcicus) on fait l’objet de notre travail. Sur ces derniers Psammodromus algirus algirus espèce généralistes et la plus abondantes est celle qui présente une très forte prévalence d’ectoparasites : tiques de type (Ixodes ricinus) et mites (Ophionyssussp). Les Gekkonidae sont seulement parasités par les mites (Ophionyssussp). D’après nos résultats nous pouvons conclure que toute les modèle hôtes capturé selon un gradient le nombre de tiques augmente avec l’altitude et diminue selon la latitude. A partir des PCR de tique récoltées sur les lézards nous avons pu détecter la présence de : Rickettsia helvetica (15,18%),Rickettsia monacensis (5.34%), Anaplasma phagocytophilum (9.36%) et 4.96 % de Rickettsia sp dans le site d’El Ghorra. Par contre les tiques des lézards récoltés dans le massif de seraidi ont montré la présence des pathogènes suivants : Borrelia garinii (38.77%) et 42.85 % Coxiella burnetii. D’autre part l’analyse de biopsie de peau de lézards montre une présence Rickettsia helvetica, Rickettsia monacensis et Anaplasma phagocytophilum qui nous permettra de confirmer le rôle de notre modèle biologique en tant que réservoir de pathogènes et source d’infection pour les tiques.

Mots clés : Lézards- Lacertidae- Gekkonidae- Ectoparasites- Ixodes ricinus- Agents pathogènes- Maladie émergentes- Algérie

Présentation

Version intégrale (Université)

Page publiée le 28 avril 2014, mise à jour le 10 octobre 2018