Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2012 → Contribution à l’étude ethnobotanique, anatomique et réactions phytochimiques d’Aerva javanica, plante médicinale de la région de Tamanrasset en d’une application biotechnologique

Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB) 2012

Contribution à l’étude ethnobotanique, anatomique et réactions phytochimiques d’Aerva javanica, plante médicinale de la région de Tamanrasset en d’une application biotechnologique

Mouhoub, Faiza

Titre : Contribution à l’étude ethnobotanique, anatomique et réactions phytochimiques d’Aerva javanica, plante médicinale de la région de Tamanrasset en d’une application biotechnologique

Auteur : Mouhoub, Faiza

Université de soutenance : Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB)

Grade : Magister 2012

Résumé
Ce travail s’inscrit dans le cadre d’un Projet National de Recherche sur les plantes médicinales, visant à reconnaitre et à valoriser les plantes médicinales des régions arides afin de les introduire dans une base de données nationale. Dans le cadre d’une collaboration avec le LRZA, ce travail s’intéresse aux plantes médicinales de la région de Tamanrasset, qui consiste à améliorer les moyens de multiplication de ces espèces végétales par culture in vitro, étudier la phytochimie des différentes parties végétales et établir des tests pharmacologiques sur des mammifères afin de confirmer ou non leur utilisation traditionnelle. Aerva javanica est une angiosperme dicotylédone de la famille des Amaranthaceae, connue par la population locale sous différents noms « Timkerkezt, Timkerzite ou bien Timkerzist » pour son efficacité contre les morsures de serpents et les piqûres de scorpions, l’hypertension, le diabète et d’autres maladies. C’est un arbuste dressé à tige très ramifiée à la base, à racine pivotante, les feuilles sont simples, alternes à pétioles réduits de forme ovales. C’est une plante dioïque, à fleurs unisexuées mâles ou femelles, apomictique, l’inflorescence est composée, mixte, c’est une grappe d’épis denses. L’étude ethnobotanique a permis d’inventorier 79 espèces végétales réparties en 38 familles botaniques. L’observation des populations d’Aerva javanica dans leur habitat naturel montre que la plante vit en association avec d’autres espèces herbacées et forme des microclimats avec des espèces arborées. L’étude anatomique réalisée au niveau de la tige, feuille et racine révèle en plus des structures primaires et secondaires classiques, une abondance de poils sécréteurs au niveau de la partie aérienne, de 2 types : Poils à pieds unisériés formé par une série de plusieurs cellules, interrompues par des glandes sécrétrices et des poils à pieds bicellulaires et une tête unicellulaire, un nombre élevé de poches schizogènes rencontré dans toutes les parties de la plante, et la présence d’un parenchyme lacuneux au niveau de la tige. La désinfection des différents explants végétatifs et floraux par les différents protocoles testés a révélé que l’emploi du Benomyl combiné au Chlorure mercurique peut provoquer une diminution du taux de contamination jusqu’à 14%. Les explants des fleurs femelles mis dans un milieu de multiplication de cal (BAP-AIA) donnent naissance à 4 types de cals de texture friable après 1 mois de culture. L’observation de ces cals à l’état vivant a montré que ce sont des cals embryogènes, avec une forte aptitude à la multiplication, ils se présentent sous forme d’agrégats de cellules condensées de forme généralement arrondies, à parois fines colorées en rose, à contenus cytoplasmiques denses, riches en inclusions cytoplasmiques avec un gros noyau bien visible renfermant un ou plusieurs nucléoles, très riches en petites vacuoles contenant les produits de sécrétion de couleur verte, vert-jaunâtre ou orange. La structure histologique des quatre types de cals, montre qu’ils sont constitués de plusieurs amas de cellules méristématiques à forte activité mitotique, qui s’entourent par une muqueuse cellulosique rose plus ou moins épaisse formant des proembryons, qui ont tendance à s’extérioriser de l’ensemble cellulaire, ce qui sous-entend leur fort pouvoir de régénération. Le transfert des cals soumis à la régénération sur le milieu sans régulateurs de croissance provoque la formation de nombreux proembryons qui se développent en fonction du temps en embryons somatiques. Après 1 semaine de culture, ces derniers montrent une différenciation des ébauches foliaires. Leur transfert sur un milieu additionné de BAP provoque le développement de micro-plantules avec des feuilles à limbes larges glabres et à pétioles réduits de couleur vert foncée, et leur enracinement après 3 semaines de repiquages. Les tests phytochimiques préliminaires réalisés sur les différentes parties de la plante ainsi que sur les cals obtenus, ont montrées que les inflorescences mâles et femelles renferment les mêmes composés chimiques, mais à de concentrations différentes, dont certains sont absents dans la partie souterraine, aussi que le cal renferme des glycosides de l’amidon et des triterpènes à de concentrations importantes et une faible concentration en Alcaloïdes. Le test antalgique effectué sur des rats de laboratoires traité avec l’infusé de cals secondaires après addition d’acide acétique à 1%, a révélé l’efficacité de ce dernier face au produit de référence Féldène, et a confirmé l’utilisation traditionnelle de la plante comme anti-inflammatoire, laissant penser que l’infusé du cal renferme le principe actif responsable de cette effet médicinal chez la plante mère.

Mots clés : Ethnobotanique ; Plantes médicinales :Tamenghest (Algérie) ; Plantes : Biotechnologie ; Amaranthacées : Tamenghest (Algérie) ; Angiospetmes

Présentation

Page publiée le 30 avril 2014, mise à jour le 29 septembre 2018