Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2012 → Contribution à l’étude ethnobotanique, anatomique et réactions phytochimiques de Pulicaria incisa (Lam.) DC., plante médicinale de la région de Tamanrasset en vue d’une application biotechnologique

Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB) 2012

Contribution à l’étude ethnobotanique, anatomique et réactions phytochimiques de Pulicaria incisa (Lam.) DC., plante médicinale de la région de Tamanrasset en vue d’une application biotechnologique

Rouane, Asma

Titre : Contribution à l’étude ethnobotanique, anatomique et réactions phytochimiques de Pulicaria incisa (Lam.) DC., plante médicinale de la région de Tamanrasset en vue d’une application biotechnologique

Auteur : Rouane, Asma

Université de soutenance : Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB)

Grade : Magister 2012

Résumé
Cette étude s’inscrit dans le cadre du projet national PNR sur les plantes médicinales lancé par le groupe CRD Saidal, qui vise à conserver les phytoressources naturelles et mener une étude de leurs intérêts médicinaux. Celle-ci a été réalisée sur les plantes désertiques de la région de Tamanrasset en collaboration avec le laboratoire de recherches sur les zones arides. Ce travail a pour objectif de mieux répondre aux menaces enregistrées par la perte d’un savoir faire et des usages populaires ancestraux des plantes médicinales spontanées sahariennes. L’étude poussée de chaque plante médicinale à l’échelle morphologique, anatomique, phytochimique et biotechnologique par l’initiation de la callogenèse et la régénération des plantes. Un sondage auprès de la population locale suivi par un inventaire ethnobotanique a été réalisé dans 29 stations de la région de Tamanrasset. Ce dernier, a mis en évidence plus de 79 espèces médicinales rangées dans 37 familles, avec la prédominance de la famille des Fabaceae 15 %. " Pulicaria incisa (Lam.) DC. " dit " Améo ", parmi les plantes les plus utilisées par les nomades, en mode d’infusé (thé), conseillé contre le rhume, la grippe, la palpitation, la fièvre … etc. Cette espèce végétale s’étend dans les endroits humides en bas de rochers, dans les bords et les lits des oueds. L’étude anatomique montre une organisation tissulaire classique avec une abondance des poils sécréteurs et tecteurs riches en produits de sécrétion dans la partie aérienne de la plante. Des poches schizogènes très abondantes dans l’écorce des tiges et des racines. La callogenèse obtenue à partir des différents explants de la partie aérienne de cette plante sur un milieu solide de Murashige et Skoog (1962) " MS " additionné d’auxines (ANA, AIB) et de cytokinines (BAP, KIN) est de nature friable. L’étude histocytologique de cals a montré la présence de cellules à parois cellulosiques à activité mitotique intense, riches en substances de sécrétion. En milieu liquide, les cellules en suspension de cals friables issues de jeunes inflorescences, s’organisent en agrégats de cellules à développement très lent, ces cellules sont rondes à parois fines, avec des substances de sécrétion qui sont des polyphénols. Le screening chimique montre des teneurs en métabolites secondaires similaires entre les fragments de plante avant et après réactions morphogénétiques.

Mots clés : Biotechnologie végétale ; Plantes médicinales : Sahara (Algérie) ; Chimie végétale ; Inula : Sahara (Algérie) ; Désert : Flore : Sahara (Algérie)

Présentation

Page publiée le 30 avril 2014, mise à jour le 29 septembre 2018