Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2013 → Étude de la sécheresse climatique dans les steppes sud oranaises et Algéroises : "approche statistique et cartographie automatique"

Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB) 2013

Étude de la sécheresse climatique dans les steppes sud oranaises et Algéroises : "approche statistique et cartographie automatique"

Benlabiod, Denidina

Titre : Étude de la sécheresse climatique dans les steppes sud oranaises et Algéroises : "approche statistique et cartographie automatique"

Auteur : Benlabiod, Denidina

Université de soutenance : Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB)

Grade : Magister 2013

Résumé
Les régions arides et semi-arides Algériennes sont des régions à vocation essentiellement pastorale. Elles connaissent aujourd’hui une forte tendance à la dégradation qui se traduit par la réduction du potentiel biologique, la rupture des équilibres écologiques et socioéconomiques. Dans ces régions, la notion de précarité de la ressource en eau n’est pas récente. Cependant, la sécheresse qui affecte les régions steppiques depuis les trois dernières décennies présente tout à la fois une sévérité, une persistance et une extension remarquables. L’objectif de notre étude est de répondre à la question suivante : en zones arides et semi arides Algériennes la pluviosité a-t-elle subi une tendance à la baisse ? Lors de l’étude et de l’analyse des pluies nous avons eu recours à une approche axée sur l’étude spatio-temporelle des pluies annuelles, saisonnières et mensuelles, par des méthodes statistiques multidimensionnelles et une approche de cartographie automatique abordée par les méthodes géostatistiques. Pour déceler d’éventuels changements dans le régime pluviométrique, nous avons utilisé un nombre de test statistique (Pettitt (1979), de Lee Heghinian (1977), U de Buishand (1984) et la méthode de segmentation de Hubert (1989)), sur 17 stations pluviométriques bien réparties sur la zone d’étude et possédant des séries pluviométriques moins lacunaire pour la période allant de 1936 à 2010. Pour déterminer le seuil de sécheresse, notre choix s’est porté sur quatre méthodes : les quintiles, les terciles, l’indice standardisé des précipitations « SPI » et la typologie de la sécheresse. Pour l’application des deux premières méthodes, nous avons procédé à une analyse fréquentielle des séries pluviométriques qui permet d’estimer le temps de retour d’une valeur exceptionnelle. Cette prédiction repose sur la détermination d’un modèle fréquentiel par l’ajustement statistique d’une série de données. Nous avons utilisé l’Indice Standardisé de Précipitations pour l’intervalle des temps suivants : (3, 6 et 12 mois). Les résultats obtenus montrent que la zone d’étude a été lieu à des sécheresses récurrentes caractérisées par une sévérité, une ampleur et une persistance remarquables surtout à partir de la décennie 70. . Les sécheresses de courte durée (SPI- 3 mois) sont les plus nombreuses, mais aussi les plus intenses et les moins longues. Les sécheresses de moyenne durée (SPI 6 et 12 mois) sont les moins nombreuses, mais les plus sévères et les plus longues.

Mots clés : pluviométrie : Algérie ; Ecologie des régions arides : Algérie ; Sécheresse : Algérie ; Steppes : Algérie

Présentation

Page publiée le 1er mai 2014, mise à jour le 27 septembre 2018