Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2010 → Etude de l’effet des boues résiduaires sur sol cultivé dynamique du phosphore et son utilisation en zone semi – aride

Université El Hadj Lakhdar de Batna (2010)

Etude de l’effet des boues résiduaires sur sol cultivé dynamique du phosphore et son utilisation en zone semi – aride

Ati Sabrina

Titre : Etude de l’effet des boues résiduaires sur sol cultivé dynamique du phosphore et son utilisation en zone semi – aride

Auteur : Ati Sabrina

Université de soutenance : Université El Hadj Lakhdar de Batna

Grade : Magister 2010

Introduction
Les activités humaines génèrent des déchets en quantités de plus en plus élevées, leur gestion pose de gros problèmes. De ce fait, il faut trouver les moyens comment les recycler. Les boues résiduaires, au même titre que les eaux usées dont elles dérivent, peuvent être mis à profit dans les régions où la variation climatique du milieu associée au coût de production ne permettent pas toujours d’utiliser les fertilisants chimiques pour palier à la faiblesse de fertilité des sols cultivés. L’utilisation des boues résiduaires traitées dans ce domaine apparaît comme une alternative attrayante pour augmenter la production (Benmouffok et al., 2005 ; Chatha et al., 2002 ; CNB, 2000 ; Pescod, 1992 ; Ripert et al., 1990). En effet, les sols traités avec des boues gardent plus longtemps l’humidité et la végétation installe sur de tels sols un système racinaire plus développé comparativement aux sols non traités (Tester et al., 1982). Les boues résiduaires libèrent progressivement les éléments nutritifs et notamment l’azote pour le mettre à la disposition de la plante tout le long du cycle de la culture. La libération de l’azote est fonction des conditions climatiques prévalentes, des quantités de boues apportées et du rapport C/N (Jamil et al., 2006 ; Pescod, 1992 ; Barbartik et al., 1985). Les sols traités avec des boues résiduaires tendent à avoir un pH neutre et s’enrichissent en phosphore et en matière organique (Benmouffok at al., 2005 ; Mohammad et al., 2004 ; Gomez et al., 1984). Cependant, les boues apportées sont souvent une source de pollution des eaux souterraines lorsqu’elles sont chargées de nitrates qui migrent vers les nappes phréatiques (Xanthoulis et al., 1998). Elles sont la cause de la salinité du sol (Tasdilas, 1997), de la pollution aux métaux lourds (Mohammad et al., 2004 ; Bozkurt, 2003 ; Aboudrare et al., 1998) et d’odeurs désagréables (Sachon, 1995). La présente contribution étudie la réponse du blé dur (Triticum durum Desf.) à l’épandage de boues résiduaires sous climat semi-aride, ainsi que le comportement du sol après traitements. Le document comporte trois chapitres : - Une revue bibliographique sur les boues résiduaires - Un énoncé de l’expérimentation - Des résultats et leurs discussions

Mots clés : Boues résiduaires ; Épandage ; Productivité ; Compartiments du sol

Présentation

Version intégrale

Page publiée le 2 mai 2014, mise à jour le 18 septembre 2018