Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2013 → Localisation de la morelle jaune Solanum elaeagnifolium Cav. dans la région d’Oran. Croissance et interférence avec deux espèces à intérêt agronomique (blé et tomate)

Université des sciences et de la technologie Mohamed Boudiaf d’Oran (2013)

Localisation de la morelle jaune Solanum elaeagnifolium Cav. dans la région d’Oran. Croissance et interférence avec deux espèces à intérêt agronomique (blé et tomate)

OUSLIM Samia

Titre : Localisation de la morelle jaune Solanum elaeagnifolium Cav. dans la région d’Oran. Croissance et interférence avec deux espèces à intérêt agronomique (blé et tomate)

Auteur : OUSLIM Samia

Université de soutenance : Université des sciences et de la technologie Mohamed Boudiaf d’Oran

Grade : Magister 2013

Résumé
Solanum elaeagnifolium Cav. est une plante exotique envahissante dans de nombreux pays à travers le monde. En Algérie, l’importation des semences de cultures mélangées par cette plante à permis son introduction intentionnelle. Pour une profonde connaissance de cette espèce, vers une lutte, plusieurs aspects ont été étudiés. L’étude de la distribution de la morelle jaune dans l’Ouest du pays, à permis d’enregistrer une propagation de la plante vers de nouvelles régions telles que : Bir el djir, Hassi Bounif, Tafraoui.. La nuisibilité de Solanum elaeagnifolium Cav. est traduite par une réduction significative de croissance de 24.84% et 7.43% et une baisse de rendement de 31.15% et 10.26% chez le blé et la tomate respectivement. La période critique de la compétition est située entre la fin de la croissance végétative et la fructification des deux plantes cultivée. Les tests biologiques réalisés sur l’effet des extraits aqueux de Solanum elaeagnifolium Cav. (racine, feuille et tige, baie) à différente concentration sur la germination de deux espèces cibles (blé et tomate) mises en contact avec des allélochimiques de la morelle jaune ont montré un large éventail d’activités allant de la stimulation à l’inhibition partielle ou complète. L’étude anatomique et histologique des différents organes de la morelle jaune (racine, tige et feuille) a montré la présence d’une variabilité de trichomes épidermiques dans les tiges et les feuilles, et a menée de lier le potentiel allélopathique de la plante à des exsudats sécrétés par ces trichomes.

Mots clés : Solanum elaeagnifolium Cav. ; invasive ; anatomiqu ;, histologique ; trichome.

Présentation

Version intégrale

Page publiée le 3 mai 2014, mise à jour le 1er octobre 2018