Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2014 → Connaissance de l’ichtyofaune des eaux continentales de la région des Aurès et sa mise en valeur

Université Mohamed Khider de Biskra (2014)

Connaissance de l’ichtyofaune des eaux continentales de la région des Aurès et sa mise en valeur

CHAIBI , Rachid

Titre : Connaissance de l’ichtyofaune des eaux continentales de la région des Aurès et sa mise en valeur

Auteur : CHAIBI , Rachid

Université de soutenance : Université Mohamed Khider de Biskra

Grade : Doctorat 2014

Résumé
Notre étude est consacrée à la caractérisation bioécologique des éléments abiotiques (car acté risati on de l’ea u) que biot iques (ph yt oplancton et poiss ons) dans 39 mi li eux aquatiques différents (naturels et artificiels) de la région des Aurès et du Sahara septentrional. Cette vaste région d’étude et situées à différente échelles bioclimatiques du nord-est algérien, allant du sub-humide à l’hyper aride : les Hauts-Plateaux, les steppes et le Sahara septentrional. Les 39 sites prospectés appartiennent à neuf wilayas différentes (Biskra, Batna, El-ou ed, M’si la, Laghouat, Djelfa, Khanchela, setif, Bourdj bou arreridj) et les prospections ont eu lieu au cours de la période allant de 2007 à 2011. Les r ésult ats de l’anal ys e ph ysico -chim iques et bactériol o giques de l’e a u des sit es prospectés montrent que la qualité des eaux de ces hydrosystèmes varie entre une bonne et de mauvaise quali té. L’ étude quali tative et quan ti tative du ph ytopl an cto n mont rent que, la flore microalguale est composée de 97 genres, appartenant à 17 classes, qui sont : les Bacillariophyceae, Dinophyceae ,Chlorophyceae, Cyanophyceae, Zygnemophyceae, Synurophyceae, Chrysophyceae, Xanthophyceae, Euglenophyceae, Trebouxiophyceae, Chlorodendrophyceae et Ulvophyceae. La classe des Bacillariophyceae représente 44 genres soit 46 % du peuplement phytoplanctonique recensé. La majorité des algues répertoriées sont des espèces cosmopolites à large spectre écologique. Sur les 97 genres identifiés, 9 (soit 8%) sont connus potentiellement toxiques. Les genres toxiques appartiennent à deux classes principales ; les Dinophycés et les Cyanophycées. Les espèces toxiques présentent trois niveaux de toxicité ; Oscillatoria, Microcystis et Anabaena sont des hépatotoxiques, Lyngbya considérée comme dermatotoxiques et Anabaena comme neurotoxique. Toutes les dinoflagellés recensés sont des neurotoxiques. Cette étude a également permis l’identi ficati on de 14 espêc es de poiss ons apparten ant à 5 familles et 11 genres. Les Cyprinidés (Barbus spp, Pseudophoxinus sp, Cyprinus carpio , Hypophthalmichthys molitrix, Carassius gibelio, Aristichthys nobilis, Pseudorasbora parva), les Poeciliidés (Gambusia affinis), les Cyprinodontidés (Aphanius fasciatus), les Percidés (Perca fluviatilis, Lucioperca luciioperca) et les Cichlidés (Oreochromis niloticus, Tilapia zillii et Tilapia sp) .Les Cyprinidae représentent la famille la plus nombreuse avec 7 espèces ainsi que la fami ll e la plus occurrente tant da ns l’espace que dans le temps. L’ anal yse statistique des différents facteurs intervenant dans la répartition des espèces natives et exotiques montre que seule les exotiques présentent une liaison très hautement significative

Mots clés : Algérie, Aurés et Sahara septentrional, Ichtyofaune, Inventaire, Répartition Spatiale, Espéce exotique, croissance

Présentation

Version intégrale (6 Mb)

Page publiée le 15 mai 2014, mise à jour le 8 octobre 2018