Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → Analyse et prévalence du risque infectieux de Listeria monocytogenes dans les laits crus récoltés dans deux régions à climat différent (zone semi-aride et le Nord-Est algérien) : Modélisation spatiale de la diversité floristique

Université Constantine 1 (ex Mentouri) 2012

Analyse et prévalence du risque infectieux de Listeria monocytogenes dans les laits crus récoltés dans deux régions à climat différent (zone semi-aride et le Nord-Est algérien) : Modélisation spatiale de la diversité floristique

Boubendir Abdelhafid

Titre : Analyse et prévalence du risque infectieux de Listeria monocytogenes dans les laits crus récoltés dans deux régions à climat différent (zone semi-aride et le Nord-Est algérien) : Modélisation spatiale de la diversité floristique

Auteur : Boubendir Abdelhafid

Université de soutenance : Université Constantine 1 (ex Mentouri)

Grade : Doctorat 2012

Résumé
Au cours de notre étude, un total de 104 échantillons de lait collectés à partir de 60 bovins laitiers dans six fermes à Mila et à Biskra, ont été examinés pour la présence de Listeria spp. et autres bactéries psychrotrophes. L’isolement a été réalisé par stockage à froid des échantillons de lait suivi d’une culture sur gélose au sang additionnée de Cefazoline. Les isolats ont été identifiés phénotypiquement par l’étude des caractères culturaux, morphologiques, biochimiques ; et génétiquement en utilisant le gène ARNr 16S. Les genres bactériens psychrotrophes isolés regroupent à la fois, les Gram négatif “Acinetobacter spp., Aeromonas spp., Pseudomonas spp., Stenotrophomonas spp., Proteus spp., Yersinia spp., Klebsiella spp., Alcaligenes spp., et Flavobacterium spp.” et les Gram positif “Enterococcus spp., Listeria spp., Staphylococcus spp., et Bacillus spp.”. Enterococcus spp. est le genre dominant durant les différentes saisons, alors que la contamination du lait par Listeria spp. est plutôt saisonnière. Son incidence était positive en hiver et au printemps, alors qu’elle était absente en été et en automne.

Présentation

Version intégrale

Page publiée le 18 mai 2014, mise à jour le 14 avril 2018