Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2013 → Contribution à l’étude des maladies bactériennes de la tomate (Lycopersicon esculentum Mill) cultivée en serres dans l’Est Algérien

Université Constantine 1 (ex Mentouri) 2013

Contribution à l’étude des maladies bactériennes de la tomate (Lycopersicon esculentum Mill) cultivée en serres dans l’Est Algérien

Zabida Hadjer Toufouti

Titre : Contribution à l’étude des maladies bactériennes de la tomate (Lycopersicon esculentum Mill) cultivée en serres dans l’Est Algérien

Auteur : Zabida Hadjer Toufouti

Université de soutenance : Université Constantine 1 (ex Mentouri)

Grade : Magistère 2013

Résumé
La moucheture bactérienne (Bacterial speck), causée par Pseudomonas syringae pv. tomato, continue d’être une maladie économiquement importante de la tomate (Lycopersicon esculentum Mill) à travers le monde. Elle est favorisée par des températures basses et une humidité relativement élevée. Les prospections des cultures de tomates en serres dans la région de l’Est algérien ont permis de constater la présence de la maladie, identifiée par des symptômes typiques de la moucheture bactérienne, qui se manifeste sur les feuilles par des taches brunes de 0.2 à 4 mm entourées d’une auréole jaune. L’étude subséquente au laboratoire a permis, quant à elle, l’isolement de l’agent pathogène à partir des fragments de feuilles atteintes par la maladie. Son identification par des tests biochimiques préliminaires a révélé qu’il appartient au genre Pseudomonas et l’étude moléculaire a montré qu’il s’agit de Pseudomonas syringae. Le test de pathogénicité effectué par inoculation artificielle sur la partie aérienne des plantules de tomate saines est traduit par l’apparition des symptômes typiques de la maladie, similaires à ceux, observés au niveau des serres prospectées. Le test d’activité antagoniste vis-à-vis de Pseudomonas syringae réalisé d’abord, in vitro, a abouti à la sélection d’une souche bactérienne développant une zone de lyse importante qui se traduit par l’inhibition de la croissance de la bactérie pathogène. Les tests in vivo, qui visaient à inhiber le développement de la maladie au moyen de microorganisme sélectionné ont donné des résultats intéressants néanmoins, ils nécessitent un approfondissement pour se prononcer sur l’approche de la lutte biologique.

Mots clés : Pseudomonas syringae Tomate Moucheture bactérienne Antagonisme Lutte biologique Pseudomonas syringae Tomato Bacterial Speck Antagonism Biological Control الطماطم؛اختبارات

Présentation

Version intégrale

Page publiée le 19 mai 2014, mise à jour le 27 septembre 2018