Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2005 → Embryogenèse somatique et variation somaclonale chez le blé dur et tendre (culture d’embryons matures et immatures)

Université Constantine 1 (ex Mentouri) 2005

Embryogenèse somatique et variation somaclonale chez le blé dur et tendre (culture d’embryons matures et immatures)

Kacem Nadia Sandra

Titre : Embryogenèse somatique et variation somaclonale chez le blé dur et tendre (culture d’embryons matures et immatures)

Auteur : Kacem Nadia Sandra

Université de soutenance : Université Constantine 1 (ex Mentouri)

Grade : Magistère 2005

Résumé
Six variétés de blé issues d’embryons matures ont été cultivées sur le milieu MS additionnés à deux différentes concentrations de 2.4-D afin d’induire la callogenèse. Les meilleurs résultats sont retenus pour la culture d ’ embryons immatures. Différents paramètres sont pris en considération : réaction du scutellum, temps d’induction de cals, nombres de cals embryogènes, surface des cals et taux de callogenèse. Une pression sélective a été appliquée sur ces cals au PEG pendant 30 jours. La totalité des cals est transférée par la suite sur le milieu de régénération. Pour la phase callogène 4 types de cals sont obtenus chez les embryons matures et immatures. Les régulateurs de croissance sont nécessaires pour le développement racinaire (AIA et BAP) ainsi que pour le développement foliaire (AIB+KIN) mais inhibiteur pour la formation de cal embryogène. Les embryons immatures régénèrent le plus de plantes, cependant les embryons matures de blé dur cultivés sur le 2.4D+l’AgNO3 présentent les meilleures performances callogènes. Les plantules régénérées présentent des variations morphologiques relatives à la taille et à l ’ orientation du feuillage, ainsi qu’au cycle végétatif. La variation somaclonale se manifeste dès le stade cal à travers la croissance hétérogène des cals, l’aspect morphologique et les différentes réponses des lignées cellulaires soumises au PEG. On retrouve ces variations chez un même génotype dérivé d ’ un même type d’embryon. Le blé dur s ’ est montré plus tolérant que le blé tendre. Quant à la régénération, les embryons immatures semblent constitués les explants idéaux pour la régénération ainsi que pour l’obtention de plantes tolérantes.

Mots clés : Triticum durum Culture d’embryon mature et immature Triticum aestivum Hormones de croissances Callogenèse PEG Régénération Variation somaclonale

Présentation

Version intégrale

Page publiée le 20 mai 2014, mise à jour le 4 octobre 2018