Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2013 → Etude comparative du contenu phénolique et du pouvoir antioxydant de quelques plantes médicinales et des céréales alimentaires

Université Constantine 1 (ex Mentouri) 2013

Etude comparative du contenu phénolique et du pouvoir antioxydant de quelques plantes médicinales et des céréales alimentaires

Khelfallah Amina

Titre : Etude comparative du contenu phénolique et du pouvoir antioxydant de quelques plantes médicinales et des céréales alimentaires

Auteur : Khelfallah Amina

Université de soutenance : Université Constantine 1 (ex Mentouri)

Grade : Magister 2013

Résumé
Après l’eau et l’air, la nutrition est le troisième élément essentiel de la vie. Ces dernières années, les recherches ont été focalisées en vue de prouver que les aliments, qui, au-delà de leurs qualités nutritionnelles présentent aussi des avantages pour la santé. Les composés phénoliques sont ubiquitaires dans le règne végétal, ils se trouvent dans les grains, les feuilles, fleurs, plantes médicinales et dans les céréales alimentaires. Ils ont suscité un grand intérêt de la part des nutritionnistes, des industriels de l’agro-alimentaire et des consommateurs, due à la reconnaissance de leurs propriétés antioxydantes et ainsi leurs rôles dans la prévention des diverses pathologies associées au stress oxydant (cancer, diabète type 2, maladies cardiovasculaires). Ce travail est réalisé dans ce contexte, à travers d’une étude comparative entre quelques plantes médicinales et des céréales alimentaires sur la base de leurs contenus phénoliques et de leur pouvoir antioxydant. Les principaux résultats obtenus montrent que : - Du point de vue qualitatif, les analyses de nos extraits de céréales alimentaires par l’HPLC/DAD confirment l’absence de la quercétine et la prédominance des dérivés de flavones. Les diagnostics CCM montrent la richesse de nos différents extraits en composés phénoliques et particulièrement en flavonoïdes. Ces derniers ont été confirmés par la pulvérisation du réactif de Neu. L’isolement par les techniques chromatographiques suivi par les analyses spectrophotométriques supposent que ce sont des dérivés d’apigénine et de lutéoline. Par contre les lamiaceae étudiées (origan, thym et calamintha (plantes médicinales) nous ont livré deux flavonols (dérivé de la quercétine, et de myricétine) et une flavone (dérivée de lutéoline). - Du point de vue quantitatif, les céréales alimentaires ont une teneur plus faible en composés phénoliques et en flavonoïdes que les plantes médicinales. Ces résultats peuvent être expliqués par le fait que les composés phénoliques des céréales et particulièrement du germe de blé sont essentiellement les précurseurs ou les molécules starters du métabolisme phénolique de la plante. Les résultats du pouvoir antioxydant in vitro par la méthode de DPPH° (exprimé par le calcul de l’EC50) ont montré que les extraits peuvent agir en tant que piégeur de radicaux libres. Nos résultats mettent en évidence que nos extraits particulièrement ceux des céréales alimentaires peuvent offrir « une valeur ajoutée » dans plusieurs secteurs tels que les aliments fonctionnels, les nutraceutiques pour les valoriser

Mots clés : composés phénoliques céréales flavonoïdes Lamiaceae pouvoir antioxydant

Présentation

Version intégrale

Page publiée le 20 mai 2014, mise à jour le 5 octobre 2018