Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2011 → Identification de marqueurs physiologiques de la tolérance à la sécheresse chez le tournesol : (Helianthus annuus L.)

Université Constantine 1 (ex Mentouri) 2011

Identification de marqueurs physiologiques de la tolérance à la sécheresse chez le tournesol : (Helianthus annuus L.)

Nouri Lilya

Titre : Identification de marqueurs physiologiques de la tolérance à la sécheresse chez le tournesol : (Helianthus annuus L.)

Auteur : Nouri Lilya

Université de soutenance : Université Constantine 1 (ex Mentouri)

Grade : Doctorat 2011

Résumé
La variabilité génétique de traits agro-physiologiq ues de tolérance à la sécheresse chez le tournesol a été étudiée à partir d’expérimentations , conduites en conditions contrôlées et au champ, réalisées sur des populations exprimant dive rses sources de variabilité génétique : des lignées recombinantes (RILs) et des mutants. Dans un premier temps, les LIRs et leurs parents on t été phenotypés en serre et au champ avec deux traitements hydriques (irrigué et séchere sse). Le phénotypage a porté sur des caractères agronomiques (précocité de la floraison, surface fo liaire à la floraison, hauteur des plantes, sénescence, rendement et...).En conditions contrôlées (serre), l’effet du traitement hydrique a été significatif pour la totalité des caractères étudié s , exception faite pour la précocité de floraison et le nombre de feuilles à la floraison. En conditions naturelles (champ), l’effet du stress hydrique a été significatif seulement pour le poids du capitul e et le rendement en grains par plantes. Une interaction entre les LIRs et le traitement hydriqu e a été aussi observée pour la majorité des caractères étudiés pour les deux conditions (serre et champ). Des différences significatives ont été observées, en comparant la moyenne des parents avec celle des 10% des meilleures lignées recombinantes sélectionnées, pour la quasi totalité des caractères étudiés dans les différentes conditions, excepté pour la surface foliaire à la f loraison (LAF) en conditions contrôlées pour les plantes bien irriguées. Ce gain génétique significa tif traduit une ségrégation transgressive de ces caractères agronomiques. En utilisant la carte géné tique développée dans le laboratoire, les QTLs liés à ces caractères ont été identifiés. Plusieurs QTLs pour le rendement en grains par plante (GYP) dans les deux conditions de cultures (serre e t champ) et pour les deux types de traitements hydriques ont été identifiés sur différents groupes de liaisons, avec deux QTLs spécifiques à une condition donnée ( GYPN.4.1 , GYPI.7.1 ) et les autres étaient liés avec plusieurs autres caractères morphologiques et agronomiques. Des co-localisation s de QTLs pour le rendement en grains par plante et des QTLs de traits adaptatifs liés à la t olérance à la sécheresse ont été identifiés. En effet, sur le groupe de liaison 5, un QTL pour le r endement ( GYPW.5.1) est lié avec des QTLs associés à l’ajustement osmotique ( OA.5.2 ), au potentiel osmotique à pleine turgescence ( OPF.WS.5.2 ), au potentiel hydrique foliaire ( LWP.WS.5.1 ) et à la teneur relative en eau pour les deux traitements hydriques ( RWC.WW.5.1 et RWC.WS.5.1 ). Un QTL majeur identifié pour l’AO ( OA.5.2 ) colocalisé également avec des QTLs détectés pour la surface foliaire et le poids du capitule. Ces différentes colocalisations de QTLs i ndiquent une base génétique commune pour la tolérance à la sécheresse et les caractères associé s au rendement. Dans un deuxième temps, la variabilité génétique de l’ajustement osmotique et des traits hydriques foliaires associés a été analysée chez un e population de mutants (M6). Dans cette population, certains mutants présentent des perform ances supérieures par rapport à la lignée originelle quant à leurs capacités d’ajustement osm otique. Septs marqueurs moléculaires associés à l’ajustement osmotique ont été identifiés, dont u n E38M62_3 qui éxplique 17% de la variation phénotypique. Certains marqueurs AFLP sont associés aux traits hydriques analysés dans les deux types de traitements hydriques (marqueurs stables), alors que d’autres sont spécifiques d’un traitement hydrique donné. Ces marqueurs identifiés pourraient être utilisés dans des programmes de sélection assistée par marqueurs pour l’améliora tion de la tolérance à la sécheresse chez le tournesol

Mots clés : Déficit hydrique tournesol helianthus annuus variabilité génétique caractères agronomiques ajustement osmotique identification de QTLs.

Présentation

Version intégrale

Page publiée le 21 mai 2014, mise à jour le 5 octobre 2018