Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2007 → Utilisation des eaux d’une station d’épuration pour l’irrigation des essences forestières urbaines

Université Constantine 1 (ex Mentouri) 2007

Utilisation des eaux d’une station d’épuration pour l’irrigation des essences forestières urbaines

Djeddi Hamsa

Titre : Utilisation des eaux d’une station d’épuration pour l’irrigation des essences forestières urbaines

Auteur : Djeddi Hamsa

Université de soutenance : Université Constantine 1 (ex Mentouri)

Grade : Magister 2007

Résuimé
L’objectif de notre travail est de voir la possibilité d’utilisation des eaux usées brutes et traitées de la station d’épuration d’Ibn Ziad pour l’irrigation des essences forestières urbaines ; et de mettre en évidence l’impact de ces eaux sur les différentes composantes de l’environnement, notamment les caractéristiques physico-chimiques du sol et le comportement physico morphologique des espèces étudiées. Les résultats des essais menés sur trois essences forestières urbaines ( Schinus molle, Acacia cyanophylla, Eucalyptus gomphocephala) sur sol, dans un milieu à conditions semi contrôlées ont montré que l’irrigation avec des eaux usées traitées permettent une croissance et un développement plus rapide des différentes essences et peuvent être utilisées sans danger pour l’irrigation des plants. On a constaté que le meilleur résultat obtenu pour la croissance est observé chez les plants subissant des irrigation avec l’eau usée traitée, pour les trois espèces étudiées. Par contre, l’irrigation avec des eaux usées brutes induit chez ces espèces une diminution des paramètres mesurés par rapport au plants irrigués avec une eau de robinet considéré comme témoin.On note aussi qu’il y a un gain de biomasse aérienne et racinaire au niveau des plants soumis à une irrigation avec des eaux usées traitées pour les trois espèces étudiés. Nos résultats montrent que les plants des trois essences forestières urbaines étudiés sont aptes à s’adapter à l’irrigation par des eaux usées en accumulant des solutés organiques (proline, sucres solubles et chlorophylles). L’espèce qui accumule plus de solutés organiques est considérée comme l’espèce la plus résistante. Dans notre cas c’est le Schinus molle qui est le plus résistant ensuite vient l’Eucalyptus gomphocephala et enfin l’Acacia cyanophylla qui parait la plus affectée par la charge des eaux usées brutes.

Mots clés : Chèorophylle Proline Sucres solubles Essences forestières urbaines Station d’épuration Eaux usées Paramètres morphologiques

Présentation

Version intégrale

Page publiée le 22 mai 2014, mise à jour le 5 octobre 2018