Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2009 → Caractérisation de l’huile d’olive algérienne : apport des méthodes chimiothérapiques

Université Constantine 1 (ex Mentouri) 2009

Caractérisation de l’huile d’olive algérienne : apport des méthodes chimiothérapiques

Benabid Hamida

Titre : Caractérisation de l’huile d’olive algérienne : apport des méthodes chimiothérapiques

Auteur : Benabid Hamida

Université de soutenance : Université Constantine 1 (ex Mentouri)

Grade : Doctorat 2009

Résumé
L’huile d’olive est l’une des huiles végétales les plus anciennes et la seule qui peut être consommée sous sa forme brute sans traitement préalable. Ces bienfaits ont été liés l’un ou l’autre à sa composition en acides gras où l’acide oléique est le composant principal, et à la présence des biomolécules mineures, telles que les vitamines et les antioxydants naturels. La forte demande en huile d’olive vierge de bonne qualité est due non seulement à ses vertus de santé mais également à ses propriétés organoleptiques. En Algérie, les plantations se caractérisent par une grande hétérogénéité et pour la plupart, par un verger oléicole traditionnel. La consommation des huiles des maâsras constitue de nos jours un régime de base dans beaucoup de régions rurales du pays. Dans ces régions, et peut-être à tort, les huiles sont considérées comme étant de bonne qualité. Le présent travail sur des huiles d’olive produites dans plusieurs régions oléicoles d’Algérie a pour double objectif d’étudier les paramètres chimiques et la composition en acides gras par des méthodes analytiques classiques, et de caractériser ces huiles par des méthodes spectrales, notamment par spectroscopie de fluorescence -3D. Différentes méthodes chimiométriques : Analyse en Composante Principale (ACP), Analyse Canonique Discriminante (ACD), Analyse en Composante Indépendante (ACI), et PARAFAC (PARAllel FACtor analysis) sont appliquées pour traiter ces données. Les premiers résultats de l’étude indiquent que la composition chimique des huiles d’olive de différentes régions d’Algérie est assez variable. L’Analyse en Composantes Principales (ACP) a été utilisée pour une première analyse exploratoire des données. Les trois premières variables latentes expliquent 64,10% de la variance totale des échantillons des cinq régions. Ensuite, une Analyse Canonique Discriminante (ACD) a montré que les variables les plus discriminantes sont K270 et Delta K pour des échantillons de l’huile issue de la région de Constantine, l’indice de peroxyde et γ- tocophérol pour les échantillons des régions de Tizi Ouzou et de Sétif respectivement. Les variations dues à la présence de la dispersion de Rayleigh et de Raman dans des matrices de fluorescence d’excitation et d’émission, perturbent le modèle PARAFAC. Une solution pour éliminer les artefacts interférant avec l’information appropriée est réalisée en appliquant l’Analyse en Composantes Indépendantes sur la matrice dépliée par rangée. Un modèle PARAFAC sur la matrice dépliée par rangée est alors établi sur le cube reconstruit, sans les Composantes Indépendantes liées à l’artefact. Les composantes PARAFAC ainsi obtenues sont interprétées en les reliant à certains composés présents dans les échantillons analysés. Les résultats des analyses multivariées révèlent que les paramètres chimiques des huiles d’olive contiennent suffisamment d’informations pour distinguer les régions de production des huiles algériennes étudiées.

Mots clés : Caractérisation Fluorescence Huile d’olive Régions Chimiométrie

Présentation

Version intégrale

Page publiée le 22 mai 2014, mise à jour le 5 octobre 2018