Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → Aspects physionomico-structuraux de la végétation ligneuse forestière dans les monts de Dhaya et de Tlemcen (Algérie occidentale)

Université Djilali liabes de Sidi Bel Abbes (1996)

Aspects physionomico-structuraux de la végétation ligneuse forestière dans les monts de Dhaya et de Tlemcen (Algérie occidentale)

BENABDELI Khéloufi

Titre : Aspects physionomico-structuraux de la végétation ligneuse forestière dans les monts de Dhaya et de Tlemcen (Algérie occidentale)

Auteur : BENABDELI Khéloufi

Université de soutenance : Université Djilali liabes de Sidi Bel Abbes Algérie

Grade : Doctorat d’état en sciences 1996

Résumé
L’Algérie est un pays à climat méditerranéen à vocation essentiellement agricole et pastorale ; les formations forestières restent assez peu représentées et en couvre que 3.7 millions d’hectares. Les potentialités sylvicoles même si elles sont peu importantes jouent un rôle écologique, donc économique certain. L’espace forestier reste menacé pour diverses raisons et sa protection ne peut se faire que par une compréhension de son aspect physionomique, sa structure et sa composition floristique qui restent actuellement les facteurs d’identification et de description. Toutes les formations forestières sont dans un stade de dégradation lus ou moins avancé sous l’effet conjugué des facteurs climatiques (longue période de sécheresse, amplitude thermique forte, vents chauds, gelées), de la pression qu’exerce l’homme à travers ses diverses activités (défrichement, coupes de bois, parcours) et les incendies. L’homme utilise encore de nos jours les produits des forets, essentiellement le bois à divers fins mais contribue au même titre que ces troupeaux à la destruction du couvert végétal.
Toutes ces pressions qui s’exercent en permanence sur les écosystèmes forestiers induisent une structure, une physionomie et une composition floristique particulière qui reste encore peu connue de nos jours. Ces deux éléments de dégradation très importants perturbent gravement l’équilibre de ces zones .Effectivement il existe actuellement une disproportion entre les possibilités réelles de production pouvant être utilisées et les prélèvements très intenses et continus. Ce déséquilibre de traduit par une régression visible et constante de la végétation, une destruction continue des potentialités naturelles, la faiblesse de la composition floristique et l’état avancé de la dégradation. Dans ce volet il y a lieu de signaler l’absence de nomenclature des différentes formations forestières se traduisant par une anarchie dans la dénomination des groupements ou des formations végétales forestières.
Il reste que nous ne sommes pas les premiers à nous intéresser à cette région, de nombreux botanistes, forestiers, agronomes, pédologues. L’ont parcourue afin d’en définir les caractéristiques et les potentialités naturelles remarquables. Notre souci était donc de déterminer les facteurs responsables de la dégradation de la végétation et d’en apprécier l’ampleur dans le temps pour pouvoir agir sans commettre d’erreurs. En quelque sorte nous nous proposons d’établir un constat réel d’une situation, un diagnostic précis et évalué pour déterminer un remède adéquat. Tout cela nous a orienté sur le sens à donner à notre thèse qui se fixe comme objectif : * Une synthèse sur l’historique et l’état des formations forestières de la région ouest du pays ; * Le choix de forêts assez représentatives de la région ouest et de l’Algérie ; * La caractérisation écologique de la région d’étude ; * Des notions de terminologie et de nomenclature des formations forestières ; * Les processus de dégradation de la végétation forestière ; * Les aspects physionomiques des écosystèmes forestiers ; * La réponse de la végétation ligneuse forestière aux diverses pressions ; * Le comportement de quelques essences forestières intéressantes ; * Une réflexion sur les possibilités de sauvegarde des écosystèmes forestiers
La problématique centrale reste la méconnaissance des écosystèmes forestiers et de leur dynamique face à la pression anthropozoogène et cette thèse essaye d’y répondre à travers un diagnostic et l’étude du dynamisme de la végétation forestière

Mots clés : pression anthropozoogène- écosystèmes forestiers- dynamique- Algérie occidentale

Version intégrale (mémoire on line)

Page publiée le 3 juin 2014, mise à jour le 28 septembre 2017