Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Cameroun → Organisation de l’espace agropastoral d’un terroir saturé pour une gestion durable des ressources naturelles : cas de Laïndé Karéwa au Nord Cameroun

Université de Dschang (2008)

Organisation de l’espace agropastoral d’un terroir saturé pour une gestion durable des ressources naturelles : cas de Laïndé Karéwa au Nord Cameroun

DAOUD Borgoto

Titre : Organisation de l’espace agropastoral d’un terroir saturé pour une gestion durable des ressources naturelles : cas de Laïndé Karéwa au Nord Cameroun

Auteur : DAOUD Borgoto

Université de soutenance : Université de Dschang

Grade : Ingénieur agronome 2008

Résumé
L’étude s’est déroulée dans la période de Juin à Octobre 2008 dans l’objectif global de contribuer à l’organisation d’un espace saturé afin de minimiser les conflits entre les agriculteurs et les éleveurs. Pour l’atteindre, un diagnostic sur l’espace exondé et le bas fond et une analyse de l’état d’une des pistes à bétail ont été réalisés. Dans chaque cas, un parcellaire de l’organisation actuelle a été effectué à l’aide des opérations cartographiques (par interprétation des images satellite) combinées aux levés GPS et topographiques. L’étude montre que l’espace exondé du terroir présente un paysage agraire du type mixte distingué en zone cultivé délimitée ou non par des pistes à bétail en limite du terroir. La morphologie agraire actuelle est influencée par les structures d’encadrement agricole et l’application de certaines techniques de lutte antiérosives. Le bas fond, pris comme ressource alternative, occupe une superficie de 126,6 ha et une pente globale de 1,47 %. Le débit maximal moyen dans son lit mineur atteint 185 l/s. Avec ces données, il est possible de développer les activités agricoles dans le bas fond par des ouvrages tels que le bief, les digues filtrantes et le barrage avec déversoir afin de mobiliser la population pour une gestion concertée des ressources naturelles. Ces ouvrages pourront favoriser la recharge de la nappe phréatique et le contrôle des écoulements de surface. La principale contrainte actuelle qui réduit la surface cultivable du bas fond, est la variation temporelle de sa disponibilité en eau. Cette situation peut en effet être mieux contrôlée par les aménagements hydro agricoles proposés. Le groupe des propriétaires dans le bas fond constitue un élément important pour le dialogue dans le processus de concertation entre les agriculteurs et les éleveurs. L’état actuel de la piste à bétail traversant le village montre que 70 % des parcelles agricoles est conflictuelle à cause de l’occupation de 18 m de sa largeur. Cette situation est à l’origine de différents types de conflits agropastoraux et bloque le processus de concertation entre les exploitants. Pour y en venir, il est important de réhabiliter par des aménagements biologiques les limites de la piste à bétail et d’initier un bon système de sécurisation foncière. Suivant les propositions d’amélioration de l’organisation, les scénarios d’évolution discutés montrent qu’en cas d’augmentation de la population et du cheptel animal, le développement des autres activités et de la cohésion sociale peut réduire la pression foncière.

Mémoire on line

Page publiée le 4 juin 2014, mise à jour le 25 février 2020