Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Burkina Faso → Etude des potentialités mellifères de deux zones du Burkina Faso : Garango (Province du Boulgou ) et Nazinga (Province du Nahouri)

Université de Ouagadougou (2003)

Etude des potentialités mellifères de deux zones du Burkina Faso : Garango (Province du Boulgou ) et Nazinga (Province du Nahouri)

NOMBRE Issa

Titre : Etude des potentialités mellifères de deux zones du Burkina Faso : Garango (Province du Boulgou ) et Nazinga (Province du Nahouri)

Auteur : NOMBRE Issa

Université de soutenance : Université de Ouagadougou

Grade : DOCTEUR DE L’UNIVERSITÉ DE OUAGADOUGOU (2003)

Résumé
L’apiculture est une pratique séculaire au Burkina Faso. Cependant le matériel utilisé, les techniques apicoles et l’absence d’informations sur les potentialités mellifères entraînent une production de miel en quantité et en qualité faibles. C’est pour pallier à cela que cette étude fut entreprise sur le thème <La richesse en espèces mellifères, leur intensité de butinage et la durée de disponibilité de leurs nutriments sont déterminées par des observations directes de butinage de Apis mellifera adansonii Latreille autour des ruchers sur un rayon de 2 km. L’IVI des espèces butinées est appréciée par une analyse quantitative de la végétation. Parallèlement aux observations de butinage, cinq ruches par rucher sont pesées mensuellement pour suivre les variations pondérales. Des lames de référence sont constituées par acétolyse des grains de pollen des espèces mellifères. Les pratiques apicoles traditionnelles sont inventoriées par des enquêtes <Les observations de butinage ont permis de recenser quatre vingt seize (96) et quatre vingt dix sept (97) espèces qui sont butinées respectivement dans la zone de Garango et de Nazinga. Parmi ces espèces, certaines présentent un intérêt apicole par leur abondance, leur IVI, leur période de floraison et leur intensité de butinage. Ce sont : Vitellaria paradoxa, Sclerocarya birrea, Parkia biglobosa, Lannea microcarpa, Eucalyptus camaldulensis, Balanites aegyptiaca, Acacia dudgeoni pour la zone de Garango et, Vitellaria paradoxa, Xeroderris stuhlmannii, Pseudocedrela kotschyi, Terminalia avicennioides, Pterocarpus erinaceus, Afzelia africana, Lannea acida, Daniellia oliveri, Isoberlinia doka et Lannea kerstengii pour celle de Nazinga. Deux périodes de miellées sont déterminées. Une miellée principale en saison sèche dominée par la floraison d’espèces ligneuses et une miellée secondaire en saison de pluies où la floraison est dominée par celle des herbacées. Les miellées de la zone de Nazinga précèdent chacune d’un mois celles de la zone de Garango. A la fin de chaque miellée intervient une période de disette plus ou moins longue.
Une collection de lames de référence de grains de pollen de quarante cinq (45) espèces a été constituée. La description des grains de pollen montre que les abeilles visitent les plantes sans tenir compte de la morphologie des grains de pollen. L’attraction des abeilles semble être exercée par le pollen coat. Le matériel utilisé et les techniques apicoles traditionnelles sont similaires dans les deux zones et dans les autres pays africains en général. Des organes de plantes sont utilisés pour enfumer les ruches. Les produits de la ruche sont utilisés aussi bien en alimentation humaine que dans le traitement de certaines maladies.

Mots clés : Espèce mellifère, abeille domestique, potentialité mellifère, grain de pollen, etnoapicole, Nazinga, Garango, Burkina Faso.

Présentation (mémoire on line)

Page publiée le 4 juin 2014, mise à jour le 3 juillet 2017