Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Cameroun → Etat des lieux des corridors des zones d’intérêt cynégétiques 1 et 4 périphériques au Parc National de la Bénoué (Nord, Cameroun)

Université de Dschang (2011)

Etat des lieux des corridors des zones d’intérêt cynégétiques 1 et 4 périphériques au Parc National de la Bénoué (Nord, Cameroun)

VOUNSERBO Emmanuel

Titre : Etat des lieux des corridors des zones d’intérêt cynégétiques 1 et 4 périphériques au Parc National de la Bénoué (Nord, Cameroun)

Auteur : VOUNSERBO Emmanuel

Université de soutenance : Université de Dschang (Cameroun)

Grade : Ingénieur des eaux, forêts et chasses 2011

Résumé
L’étude menée du 1er avril au 31 septembre 2010 avait pour objectif de contribuer à la gestion des corridors des ZIC 1 et 4 périphériques au Parc National de la Bénoué. Il était question d’évaluer dans le temps l’effectif des espèces animales qui fréquentent les corridors et leur fréquence, de caractériser la flore de chaque corridor, d’évaluer le degré de pressions humaines et la relation qui existe entre ces pressions et la fréquentation des corridors par la faune sauvage et de proposer des mesures pour une gestion durable des corridors. La méthodologie utilisée combinait la recherche documentaire, les entretiens avec la population et les observations directes et indirectes sur le terrain. Les observations de la faune étaient faites entre 05h et 12h, pendant six jours consécutifs du mois de septembre 2010, en pleine saison des pluies. Pour la flore, il est question de délimiter une parcelle d’un 1ha et d’identifier toutes les espèces ligneuses de la parcelle. Le suivi de l’intégrité des corridors a consisté à noter les actions humaines observées et à relever leurs points GPS. Il ressort qu’un total de 1228 individus, appartenant à 27 espèces animales, regroupées dans 14 familles était identifié. Comparativement aux effectifs obtenus en septembre 2000 pendant la même saison, on enregistre une baisse de 1280 individus dans les corridors, soit un taux de diminution de 44,35%. Sur le plan floristique, l’indice de diversité de Shannon est élevé dans tous les corridors (compris entre 4,11 et 4,79) et l’indice d’équitabilité est partout régulier (compris entre 0,48 et 0,55). Huit types d’activités anthropiques ont été identifiés dans les corridors. Celles à grande ampleur sont la coupe de bois, l’installation des champs et le pâturage avec respectivement un indice kilométrique d’abondance de 1,96, 0,58 et 0,36. Malgré les pressions enregistrées ça et là dans les corridors, ces derniers continuent à jouer leurs rôles pour le passage de la faune sauvage d’une zone protégée à une autre. Il est donc important d’engager un certain nombre de mesures pour garantir la survie de ces corridors. La sauvegarde de l’intégrité des corridors passe par l’intensification des patrouilles. Cependant, elles seules ne peuvent pour autant garantir le succès de la gestion durable des ressources naturelles dans cette partie du pays. Il faudra donc entre autre impliquer les chefs de chaque village dans le système de conservation, sans oublier d’intégrer les représentants des migrants dans ce processus, et délimiter les corridors tant au niveau de la route nationale qu’en profondeur. Il faudrait aussi repenser la méthodologie de suivi des corridors afin de pouvoir comparer avec fiabilité les observations faites sur chacun des corridors d’une année à l’autre.

Présentation (mémoire on line)

Page publiée le 5 juin 2014, mise à jour le 25 février 2020