Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Niger → 2007 → Influence de la fertilisation phosphatée sur quelques composantes du rendement de la variété tn 5-78 de niébé [vigna unguiculata (l.) walp.] cultivée au champ en saison pluvieuse

Université Abdou Moumouni de Niamey (2007)

Influence de la fertilisation phosphatée sur quelques composantes du rendement de la variété tn 5-78 de niébé [vigna unguiculata (l.) walp.] cultivée au champ en saison pluvieuse

Garba Mahamne Siradji

Titre : Influence de la fertilisation phosphatée sur quelques composantes du rendement de la variété tn 5-78 de niébé [vigna unguiculata (l.) walp.] cultivée au champ en saison pluvieuse

Auteur : Garba Mahamne Siradji

Université de soutenance : Université Abdou Moumouni de Niamey

Grade : Maitrise en Sciences Agronomiques 2007

Introduction
Le niébé est une légumineuse cultivée pour sa très haute teneur en protéines. Il entre aussi bien dans l’alimentation humaine que dans celle des animaux. Il est capable de fixer par symbiose avec les Rhizobium de l’azote atmosphérique, c’est pourquoi sa culture ne nécessite pas un apport d’engrais azoté. Cette activité peut produire jusqu’à 300 kg d’azote à l’hectare, qui se retrouvent en partie dans les récoltes exportées (protéines des graines et fourrages) et en partie dans le sol, utilisable par les cultures suivantes [Christian et al (2005)]. Mais cette culture exige, pour assurer un bon rendement, un apport d’engrais phosphaté.
Aussi, devient-il nécessaire d’agir pour maintenir le statut organique, minéral, physique et biologique du sol [Piéri (1986)]. Cependant, la forte pression de la population sur le couvert végétal influence la capacité des sols à produire la biomasse nécessaire aux besoins d’une population de plus en plus nombreuse. Dans un tel contexte, la jachère qui était le moyen traditionnel de restauration de la fertilité des sols est moins pratiquée à cause de la forte demande en terres cultivables. Pour palier à ce problème, plusieurs études sont menées et ont montré que la gestion rationnelle des engrais minéraux et des amendements organiques permettrait d’augmenter les rendements des cultures et de maintenir durablement la fertilité des sols [Christian et al (2005)].C’est ainsi que de nombreux essais ont été conduits pour évaluer l’importances des microdoses sur l’augmentation du rendement des cultures et retenir ainsi les doses qui vont maximiser les rendements afin d’être vulgarisées auprès des paysans. C’est dans ce cadre que nous avons mené cette étude sur la variété TN5-78 du niébé afin d’évaluer l’influence de la fertilisation phosphatée sur quelques composantes du rendement.
Le présent document s’articule autour de 2 parties : * une revue bibliographique, * une étude expérimentale.

Mémoire on line

Page publiée le 5 juin 2014, mise à jour le 16 février 2017