Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2008 → Can farmers fulfil their family needs in the yemeni context ? The key role of Saberi woman in rainfed agriculture : Jabel Saber, governorate of Taizz, Yemen

Institut des Régions Chaudes (Irc) Sup Agro Montpellier (2008)

Can farmers fulfil their family needs in the yemeni context ? The key role of Saberi woman in rainfed agriculture : Jabel Saber, governorate of Taizz, Yemen

Dumoulin Ronan ; Myriam Diaz Perez

Titre : Can farmers fulfil their family needs in the yemeni context ? The key role of Saberi woman in rainfed agriculture : Jabel Saber, governorate of Taizz, Yemen

Les paysans yéménites peuvent-ils subvenir aux besoins de leurs familles dans le contexte actuel ? Le rôle clé des femmes Saberi dans l’agriculture pluviale

Auteur : Dumoulin Ronan ; Myriam Diaz Perez

Etablissement de soutenance : Institut des Régions Chaudes (Irc) Sup Agro Montpellier

Diplôme : Diplôme d’Agronomie Tropicale 2008

Résumé
Cette étude, basée sur un diagnostic agraire, a été réalisée pour l’ONG française Iddéales afin de débuter un projet d’appui aux paysans et paysannes du mont Saber. Cette zone de montagne, située au sud ouest du Yémen, a des conditions climatiques et géomorphologique propices à l’agriculture pluviale. Saber est une région de haute montagne (le sommet culmine à 3006 mètres) sur les hauteurs de la ville de Taizz. Cette région montagneuse est coincé entre deux déserts : la Tihama à l’est et le quart vide (désert Rub al Khali) à l’ouest. Cette zone, trop escarpée ne peut pas être irrigué comme c’est le cas dans les zones de hauts plateaux. Les villages sont construits sur les crêtes des wadis (petits bassins versants). Le paysage est sculpté par des terrasses qui permettent de freiner et de stocker la plus grande partie des eaux de pluie. Les parcelles situées autour des maisons sont cultivées en association de sorgho, mais, fève et haricot et sont principalement destinée à l’affouragement des bovins. Les grandes parcelles des bas fonds sont majoritairement semées en rotation céréales à paille et légumineuses. Les terrasses des pentes escarpées sont peu à peu abandonné mais utilisé comme prairies naturelles fauchées. Les pâturages sont difficiles d’accès mais des femmes et des enfants y amènent des petits troupeaux de ruminants. L’ouverture du pays dans le début des années 1960 a engendré une explosion démographique et une chute des prix des produits agricole. L’agriculture a été petit à petit délaissé par les hommes qui sont partis travailler en ville. Les femmes se sont retrouvées à travailler dans l’exploitation sans en être à la tête. La majorité du revenu de l’exploitation provient de la vente d’animaux qui sont conduits par les femmes mais qui ne sont pas reconnues en tant que telles. Les exploitations sont gérées de manière bipolaire et les savoir-faire diffèrent entre les hommes et les femmes. Les systèmes de production ne sont pas viables d’un point de vue économique et un apport extérieur est essentiel à la famille.

Sujet : Culture pluviale ; Structure agricole ; Zone aride ; Élevage ; Gestion des ressources ; Pratique culturale ; Communauté rurale ; Yemen - Taizz, Jabel Saber

Présentation (Montpellier Sup Agro)

Page publiée le 10 juin 2014, mise à jour le 25 décembre 2017